Prise de conscience : comment la stimuler avec les processus neurologiques

prise de conscience définitionPourquoi est-il indispensable d’éveiller la conscience ?

Quels sont les enjeux d’un travail de conscience ?

Comment inscrire ce travail dans la durée ?

Quels liens sont entretenus par la conscience avec le fonctionnement du cerveau, avec la carte neurologique ?

Vous êtes peut-être curieux de comprendre, d’un point de vue neurophysiologique, ce qui se passe lorsque qu’on perçoit la sensation de bien-être.
Et de comprendre pourquoi et comment inscrire ce processus à la conscience.

Vous êtes certainement désireux de comprendre tous les enjeux biologiques, des démarches des méthodes qui permettent de trouver un équilibre de vie.

On pourrait penser que la volonté de se sentir bien n’est pas essentielle pour ressentir ce bien-être. Par un simple travail d’élévation de la conscience

Pourtant il est prouvé que l’équilibre psychique n’est pas sans conséquences sur la santé physique.

Et si pourtant vous pouvez rester septique à cette idée, que vous n’êtes pas convaincu, les neurosciences peuvent peut-être vous faire changer d’avis.

Les neurosciences ont intégralement tout à voir avec les perceptions qui sont traitées par la conscience.

Elles incluent intégralement la symbiose de l’esprit et du corps.

Elles définissent la capacité de la conscience à cartographier la perception interne que nous avons de notre corps et la perception externe que nous avons de notre monde environnant.

Vous trouverez dans cet article les éléments de compréhension nécessaires pour agir et développer un travail de prise de conscience.

Vous allez aussi avoir à votre disposition une méthode pour faciliter le processus d’intégration de la mémoire dans la conscience des expériences.

Le cerveau : terrain de jeu pour la conscience

Le corps recèle tout un complexe de récepteurs d’informations senso-perceptives. Informations que la conscience peut traiter grâce à un réseau de chemin neuronales.

prendre conscience citation

En fonction des informations reçues par la conscience, le corps agit en adéquation avec l’environnement.

La conscience est le vécu intérieur des sensations du corps et du monde que l’être s’approprie.
Ces sensations permettent l’éveil de la conscience en parfait accord avec le fonctionnement neuronal.

Les cinq sens représentent les récepteurs primaires.
Ils sont la porte principale d’ouverture au monde.
Ces sens sont directement stimulés par les organes sensoriels pour enregistrer les informations extérieures sous forme de cartes.

Ces cartes peuvent êtres réveillés par le mécanisme d’imageries mentales : par évocations et associations, elles peuvent resurgir de la mémoire (socle d’enregistrement) pour être retravaillées par l’imagination.

Dans le cerveau il existe trois cortex simplifiés symboliquement :

  1. Le cortex frontal qui gère le langage, le comportement social et la programmation motrice.
  2. Le cortex insulaire d’où émerge la formation des sentiments et des émotions.
  3. Le cortex pariétal qui synthétise les informations sensorielles pour constituer l’image d’un objet sous toutes ses dimensions.

Grâce à ces cortex associatifs, l’enregistrement d’un événement, donc de la rencontre avec un objet et sa charge émotionnelle, a lieu à la conscience.
Ce codage des différents enregistrements s’inscrit à la mémoire.
Et les différentes charges émotionnelles alimentent le système limbique du cerveau :

  • Hypothalamus
  • Amygdale
  • Hippocampe
  • Septum
  • Gyrus cingulaire

Ce système est très important, car il régule la respiration, le pouls, la tension artérielle.
Les différents noyaux du système cités ci-dessus sont spécialisés dans chacune de nos émotions.
Ces émotions sont indispensables car elles ne sont autres que les réactions face à un stimulus pour gérer notre bien-être ou pour gérer la protection au mal-être.

Un système stimulé par l’effort d’un travail de conscience…

Les émotions par association forment une boucle avec les sensations vécues.
Cette boucle peut être déclenchée en représentant les sensations du corps sans qu’elles soient perçues physiquement à un instant t.

Une émotion (par exemple une sensation de chaleur au niveau de la main) peut se dérouler au niveau des cartes du corps inscrites dans le cerveau sans qu’elle soit apparue dans le corps.

prendre conscience de son corps

Ce sont les neurones miroirs qui sont responsables de cette simulation d’imagerie mentale.
Ils sont responsables du déclenchement des cartes corporelles dans le cerveau, d’un état du corps qui n’a pas réellement lieu dans l’organisme.

Alors la conscience peut très bien activer de nouveaux chemins neuronaux par activation de certains neurotransmetteurs.

La conscience cartographie systématiquement les chemins et les intègrent par le procédé de mémorisation.

C’est ce qui définit notre profil comportemental.

Prenons l’exemple de l’action :
Une action se décompose en trois temps. Qui conduisent à un profond sentiment de bien-être… :

  • L’initiation : la nouveauté de l’activité stimule la dopamine qui est responsable de la motivation, de l’intention, du désir sexuel entre autre et de la recherche du plaisir.
  • L’amplification de l’action : la conscience recueille l’approbation de l’entourage. Ce qui conduit à la satisfaction, au plaisir ou à la récompense.
    C’est l’activation de la noradrénaline. Elle est responsable de la mémoire émotionnelle. C’est elle qui fait qu’on se sent vraiment bien quand on agit…
  • La fin de l’action : génération d’une peur de l’échec, c’est la sérotonine qui vient apaiser le mécanisme.

Processus d’intégration de la mémoire à la conscience :

La conscience n’a pas d’habitat précis dans l’organisme.
Vous pouvez imaginer qu’elle prend place dans une région qui se situe entre le corps et l’esprit.

prendre conscience de soi est-ce devenir étranger à soi

Un travail de conscience permet de faire amplifier cette région.
Ce qui peut entraîner une transformation progressive de l’être en trois temps : découverte, conquête et transformation.

Pour un bon rendement de transformation, il est important de répéter les expériences

Souvenez-vous à l’école…
On apprend sa leçon en classe, puis après le goûter et enfin avant de s’endormir.
Alors petit contrôle de connaissances, contrôle sur la leçon et gros contrôle sur le chapitre…

C’est une simple règle de trois, qui permet un bon rendement de l’intégration de l’expérience dans la mémoire, à la conscience.

Conclusion :

  • La méthode de la règle de trois est incontournable dans une démarche de changement radical.
  • La répétition d’une habitude positive crée la vertu, le tempérament positif voire de la santé. De la même manière que la répétition d’une habitude négative pour créer et alimenter du stress.
  • La conscience cartographie rigoureusement les expériences. À vous d’utiliser les plus bénéfiques.

Bon à savoir :

Le repos et en particulier le sommeil est très dynamique dans ce processus d’intégration.

Il est important de comprendre qu’il existe des mondes enfouis à la conscience tels que :

  • la réserve génétique
  • la mémoire cellulaire
  • les tissus
  • l’intégration des structures moléculaires

Et il existe un monde intégré par la conscience en constante veille :

  • les souvenirs
  • les expériences individuelles

Ce sont des valeurs qui interagissent ensembles et surgissent à la conscience par des phénomènes bien présents.

s'épanouir en prenant conscience de soi

Chaque jour au réveil, vous sortez du monde enfoui et de veille pour trouver le monde présent, après avoir intégré à la conscience le repos du sommeil.

Chaque nuit, pendant le sommeil vous emmagasinez tous les acquis de la journée dans les structures internes de la conscience. Pour l’inscrire dans le monde enfoui.

C’est un mécanisme naturel et nécessaire pour la conscience, pour enregistrer sans erreur les différentes cartes, qui pourront potentiellement être réutilisées…

C’est un peu comme un GPS…
En plus de ranger, les différentes cartes, le GPS définit des itinéraires en fonction de la situation…

Mais le GPS est une machine.
La conscience est beaucoup plus complexe…

Vous entreprenez votre démarche pour aborder la vie avec plus de sérénité.

Pour que vous puissiez dire adieu au stress et à l’anxiété, pour accueillir une vie plus simple et un quotidien qui vous convient au mieux, je vous invite à prendre quelques instants pour répondre à ces questions

Le but, c’est de vous offrir la possibilité d’évaluer, à cet instant, la perception que vous avez de vous-même
Et de vous améliorer par la suite.

C’est votre démarche, pour que vous puissiez enfin être :

  • Bien dans votre corps
  • Bien dans votre tête
  • Bien dans votre quotidien

C’est tout simple : vous cliquez sur les cases qui vous correspondent le plus, et vous découvrez les points que vous devez travailler pour vivre un quotidien pour serein.

Tout est là :

Votre projet sérénité

Une fois que vous saurez par où commencer, vous pourrez passer à l’action pour de bon…

C’est vous que vous laissez parler, avec sincérité, et avec votre intention de vous améliorer.
Votre vie n’est pas en jeu, et cette proposition va très certainement vous surprendre dans le bon sens du terme.

Et parce que la vie est un jeu sérieux, nous vous mettons au défi de vous installer dans cette démarche !

 

Charles