Parler de la mort : comment ne plus avoir peur de la mort ?

quel âge parler mortDevrait-on avoir peur de la mort ?

Comment gérer l’angoisse de la mort ?

Faut-il en parler ?
Si oui, comment parler de la mort ?

C’est une idée reçue… Moins on en parle, mieux on se porte.
Et pourtant parler de la mort, c’est au contraire parler de la vie.

Vous serez certainement surpris de penser que la mort ne signifie pas nécessairement la fin de quelque chose, en particulier la fin de la vie.

Pour vivre sereinement, c’est plus simple d’être à l’aise avec les représentations que l’on a de la mort ou du fait de mourir.

Toute l’idée de cet article est de vous apporter un nouveau regard sur la vie, un nouveau regard sur la mort.
Et juste pour être mort de rire, cet article a été rédigé par une personne bien vivante ;)

Un vivant parlant de la mort, c’est bien drôle comme idée
Ça vous paraît étrange ?

La relation que chacun entretien avec la mort est tout à fait intime.
Parfois cette relation intime devient très compliquée, voire même envahissante.

Il n’est pas rare que certaines personnes puissent se sentir angoissées à l’idée même de mourir ou de penser à la mort.

Cette relation étroite et intime à cette idée peut devenir obsessionnelle, et par conséquent tabou.

C’est pourquoi dans cet article vous trouverez les ressources pour voir ou revoir vos représentations liées à la mort.
Vous aurez entre vos mains les ressources pour amorcer le dialogue.

Avec le jeu que vous allez découvrir juste en-dessous , vous pourrez lever le tabou et découvrir un nouveau quotidien.

À la fin de cet article, vous découvrirez une invitation à lire un texte amusant qui relativise l’idée de la mort.

Ouvrons les débats, ouvrez le dialogue…

Ouvrir le dialogue intérieur avec la mort est indispensable pour élargir vos représentations de la vie.

Ce dialogue peut vous permettre d’accéder à une démarche de résilience et de pardon envers vous-même ou autrui.

Le bénéfice d’acquérir cette démarche est d’autant plus grand lorsque la vie nous accompagne encore.

La peur peut effectivement être une barrière à ce processus.
Mais toutes les barrières sont franchissables.
Vous devez savoir que ce processus est un travail de conscience.

Si le corps connaît certaines limites, la conscience, elle n’en a aucune.
Casser les barrières symboliques est largement à portée de votre conscience.

La peur, qui est indispensable à chaque être humain, peut jouer en vous un rôle de dominance.
Pensez simplement que c’est illusoire, que c’est un petit chat qui fait le dos rond pour paraître plus imposant.

Votre peur est tout à fait légitime, elle peut aussi être amplifiée par des expériences douloureuse.
Mais il est important qu’elle ne prenne pas le dessus sur votre vie en dictant le débat de la mort.

Pour commencer ce dialogue, posez vous cette question :

Quelles représentations ai-je de la mort ?

Du fait de mourir ?

Ça peut être tout et n’importe quoi.
Moi quand j’y pense, il me vient en tête une image d’une fête d’Halloween.

Toutes les représentations de la mort ne sont pas nécessairement morbides.

Il est banal aujourd’hui, dans notre société de cultiver un tabou autour de la mort.

Avant par exemple il était normal de tuer son poulet avant de le manger.
Aujourd’hui ça horrifient de nombreuses personnes qui préfèrent acheter des émincés de poulet en barquette sous vide.

livre sur la mort du poulet

Et encore je ne parle pas de toutes les dimensions spirituelles qui étaient largement débattues lorsque la religion tenait encore une certaine place dans la société.

D’un point de vue comparatif, il est tout à fait intéressant de savoir que dans certaines sociétés il subsiste encore, pour dire au revoir à un proche, l’idée de fête.
Et non de cérémonie morbide où parfois on s’embête un peu.

Alors je vous propose un jeu :

Ce que je vous propose, c’est de préparer le jour le plus important de votre vie.
C’est sous forme de jeu préparer un projet autour du moment de votre mort.

Si vous ne vous sentez pas de le faire, ce n’est pas grave.
Mais je vous garantie que ce jeu est plus amusant qu’il n’y paraît.

Ce jeu demande simplement un peu d’imagination et un soupçon de réflexion.
Il se constitue en deux temps :

Premier temps :

Vous devez constituer votre programme J-3.

Il vous reste trois jours à vivre, vous devez imaginer ce que vous feriez pendant ces trois jours.
Vous n’avez aucune restriction.

Plaisanterie : si à J-3 vous pensez à vous suicider, sachez que ce jour correspond au jour J, et qu’il faut donc réfléchir de nouveau au programme à partir de J-3 ;)

Pensez simplement à ce que VOUS, vous voudriez faire, sans faire nécessairement plaisir aux autres.
C’est peut-être une occasion d’imaginer des choses auxquelles vous n’auriez jamais penser.
Et voir les choses qui vous sont essentielles.

Pour ma part, j’ai imaginé mon jour J.

« J’avais une cape rouge. En haut d’un gratte-ciel, je saute sans jamais atterrir. Et je me retrouve dans un hall d’un palace avec des dorures, du marbre et et une assemblée de personnes habillées en pingouin qui m’applaudissait. Et là, je me transforme en lumière… »

Second temps :

Vous devez constituer votre programme J+3.

C’est pareil parce que la vie continue…

On est (nait) poussière d’étoile.
Si on y pense bien nous sommes constitués d’un assemblement d’atomes qui existent depuis l’aube de l’univers.
Après notre mort quoiqu’il advienne la Terre continue de tourner.

Les sept vallées

Aujourd’hui, le débat autour de la mort a beaucoup progressé.
En particulier sur la prise en charge de l’accompagnement des mourants.
C’est ce qu’on appelle la thanatothérapie.

La thanatothérapie vise à préparer les mourants à accepter la mort dans les meilleures dispositions, sans crainte.

Le texte du voyage des sept vallées représente le voyage de la vie vers la mort, avec un sentiment de bonheur jusqu’à une forme de délivrance.

C’est une ballade philosophique non seulement pour les personnes en fin de vie, mais qui est aussi bénéfique et accessible pour tous.

Ces sept vallées se nomment :

  • la vallée du savoir et des connaissances
  • la vallée du repentir et des regrets
  • la vallée des empêchements et des obstacles
  • la vallée des souffrances et des peines
  • la vallée du tonnerre et des éclairs
  • la vallée des gouffres et des précipices
  • la vallée des hymnes, des fêtes et des solennités

Je vous encourage, si l’envie vous dit, de poursuivre vos recherches sur ce texte, qui a le bénéfice de provoquer une certaine prise de conscience.

Par ailleurs, je vous propose l’une de mes création…

Il s’agit d’un texte (qui vous est accessible en cliquant sur le lien juste en-dessous), que j’ai écrit lors de ma formation d’éducateur spécialisé.

C’est lors d’une semaine consacrée au thème de la mort, « parler la mort, parler de la mort », que j’ai eu l’inspiration d’écrire cette nouvelle.

En n’oubliant pas que la vie est un jeu sérieux, mais qui reste avant tout un jeu, je vous souhaite une bonne lecture… :

[L’Éloge Morbide]

Vous entreprenez votre démarche pour aborder la vie avec plus de sérénité.

Pour que vous puissiez dire adieu au stress et à l’anxiété, pour accueillir une vie plus simple et un quotidien qui vous convient au mieux, je vous invite à prendre quelques instants pour répondre à ces questions

Le but, c’est de vous offrir la possibilité d’évaluer, à cet instant, la perception que vous avez de vous-même
Et de vous améliorer par la suite.

C’est votre démarche, pour que vous puissiez enfin être :

  • Bien dans votre corps
  • Bien dans votre tête
  • Bien dans votre quotidien

C’est tout simple : vous cliquez sur les cases qui vous correspondent le plus, et vous découvrez les points que vous devez travailler pour vivre un quotidien pour serein.

Tout est là :

Votre projet sérénité

Une fois que vous saurez par où commencer, vous pourrez passer à l’action pour de bon…

C’est vous que vous laissez parler, avec sincérité, et avec votre intention de vous améliorer.
Votre vie n’est pas en jeu, et cette proposition va très certainement vous surprendre dans le bon sens du terme.

Et parce que la vie est un jeu sérieux, nous vous mettons au défi de vous installer dans cette démarche !

 

Charles