Header Image - Votre projet sérénité

Faire une psychanalyse : guide pratique pour éviter les pièges

psychanalyse dépressionPourquoi débuter une analyse ?

À quels besoins une psychanalyse peut-elle répondre ?

Une psychanalyse est-elle nécessaire pour répondre à certains doutes persistants ?

Si à ce jour vous vous posez la question d’entreprendre ou non une telle analyse, alors cet article devrait vous intéresser.

Si vous recherchez un procédé d’investigation pouvant répondre à un travail d’introspection, et vous permettant de comprendre les processus psychiques qui dictent votre vie, alors lisez ce qui suit…

J’ai eu envie d’écrire cet article car moi aussi je me suis posé ce genre de questions.

Ayant débuter un profond travail d’introspection, je me suis questionné pour savoir si une psychanalyse pouvait m’aider à élucider une grande partie de ce travail.

Peut-être que dans vos recherches vous avez trouvé compliqué de savoir ce qu’est réellement une psychanalyse, et surtout à quoi ça sert.

Et savoir à quoi ça sert c’est bien, mais c’est mieux de savoir si on peut s’en servir…

C’est pourquoi j’ai eu envie de partager ce guide un peu étrange, pour vous aider à y voir un peu plus clair.

Dans cet article, vous trouverez des informations utiles sur ce qu’est une psychanalyse.
Comment et pourquoi faire une telle démarche ?

Vous trouverez aussi des indications sur la démarche à adopter pour faire une psychanalyse.

Car il est crucial d’adopter la bonne attitude avant d’effectuer cette démarche.
Il y a beaucoup de pièges à éviter, qui peuvent vous faire perdre beaucoup de temps et beaucoup d’argent.

Psychanalyse : de quoi parlons-nous vraiment ?

Quand on n’est pas un spécialiste (hélas même parfois quand on en est un), dès lors qu’un mot commence par « psy », on a tendance à faire beaucoup d’amalgames.
On a beaucoup d’idées préconçues.

Entre psychanalyse, psychologie, psychiatre, psychologue, psychothérapie… et il y a encore beaucoup d’autre mots…

On peut parfois s’y perdre un peu.
Se tourner vers un thérapeute adapté n’est pas facile.

Dans cet article, je veux vous parler exclusivement d’analyse et de psychanalyse.
La psychanalyse n’est pas de la psychologie.
Les fondements thérapeutique, bien qu’il soient proches, ne sont pas les mêmes.

efficacité faire une psychanalyse

C’est quoi ? Pour quoi faire ?

Parfois, il y a des moments dans la vie où l’on veut comprendre.
On cherche des explications à nos actions que l’on a menées dans notre existence.

Peut-être pour mieux comprendre les actions à venir…
Des choses à régler avec le passé…
Des choses qui peut-être ont été refoulées…

C’est bien souvent à ce moment qu’on commence un travail d’introspection : c’est le regard sur soi, dans son intérieur.

C’est la recherche des causes à son existence.
C’est comprendre les conséquences qui découlent des causes.

Ainsi comme le définit le dictionnaire Larousse, la psychanalyse représente une méthode psychologique visant à élucider la signification inconsciente des conduites et dont le fondement se trouve dans la théorie de la vie psychique formulée par Freud.

Aussi il faut être prêt à s’investir, car c’est une méthode qui s’inscrit dans le temps, parfois plusieurs années.
Et c’est vers un psychanalyste qu’il faut se diriger.

La psychanalyse repose sur l’espace que le thérapeute va permettre de vous approprier.
Pour que vous puissiez ouvrir un dialogue avec vous même (ce qui est totalement différent des méthodes utilisées par un psychologue).

Elle vise à une immersion dans la profondeur du psychisme, notamment l’inconscient.
Elle doit vous permettre de mieux vous connaître et de se vous réconcilier avec vous-même.

La psychanalyse travaille beaucoup sur la mémoire, et notamment la mémoire de l’enfance et des traumatismes anciens.
C’est une démarche non négligeable.
C’est une expérience forte.
Et c’est pourquoi ça demande beaucoup d’investissement.

Pendant que son patient parle, le psychanalyste prend des notes et intervient très peu.

C’est là que la psychanalyse se différencie de la psychologie, ou d’une psychothérapie comportementale, où il est important pour le thérapeute d’instaurer un dialogue et d’échanger avec son patient.

résultat d'une psychanalyse

La psychanalyse peut-elle me servir ? Y a-t-il d’autres démarches plus adaptées à mes besoins ?

Une analyse est-elle utile ?

  • ça dépend de l’importance de votre travail d’introspection
  • ça dépend de votre vécu et de vos expériences de vie
  • c’est utile si vous avez besoin de faire le clair
  • c’est utile si vous pensez qu’il est important pour avancer de comprendre des éléments de votre vie que vous pensez qu’ils vous échappent
  • c’est utile si votre finalité est de vous connaître et de vous comprendre, et non pas pour nécessairement changer
  • c’est utile si en terme d’investissement vous êtes prêt à suivre une démarche consacrée à votre compréhension

La psychanalyse n’est pas incompatible avec un désir de changement.
Mais le regard réflectif sur votre existence ne vous place pas forcément dans des dispositions à agir.

Petite anecdote amusante :

« Deux amis se retrouvent à un bar. A un moment, l’un se confie à l’autre sur ses problèmes sexuels… Les amis se séparent, ils se retrouvent trois années plus tard, et dans le fil de la discussion ils abordent le sujet :

– Au fait avec les filles ? Comment ça se passe depuis qu’on s’est vu ?

– Eh bien écoute, depuis j’ai entamé une psychanalyse.

– Et tu vas mieux, tu as pu régler tes problèmes avec les femmes ?

– Je suis toujours seul mais je vais mieux car je comprend pourquoi. »

La démarche qu’il faut suivre et les différentes éventualités qui s’offrent à vous

Il faut bien comprendre que la psychanalyse n’a pas pour vocation de résoudre les problèmes.

Se comprendre est très enrichissant, mais si votre désir est d’agir, d’autres méthodes seront peut-être plus adaptées.

Pour autant il s’agit d’une démarche très constructive que vous pouvez entamer si votre désir est d’ouvrir un dialogue avec vos mécanismes inconscients.

Pour faire une psychanalyse, il faut le vouloir vraiment.
Pour entendre quelque chose de son inconscient, il faut ne plus vouloir de son mal-être…

Au point d’accepter que la vérité qui s’en dégage n’est pas toujours en accord avec celle que l’on croyait sienne (et pourtant c’est bien aussi la vôtre).

C’est à ce prix qu’avec la psychanalyse vous pourrez vous repérer par rapport à ce qui vous détermine, entendre la vérité de votre désir.

À la différence de la psychanalyse, la psychologie repose sur une réelle alliance où le thérapeute vous aide à mettre en place des stratégies.
Et il existe maintenant différentes thérapies autres que la psychologie.

Peut-être que d’autres réponses peuvent répondre à vos besoins qui se précisent et qui dans votre démarche s’identifient plus clairement.

Voici une liste de réponses et de pistes qui pourront vous servir :

  • sport
  • relaxation
  • sophrologie
  • hygiène de vie (retrouver des cycles et des rythmes de vie plus sains)
  • repos
  • psychologie
  • art thérapie
  • investissement dans une passion
  • reiki
  • méditation
  • yoga
  • se dédier un espace temps pour soi.
  • Etc…

Parler de la mort : comment ne plus avoir peur de la mort ?

quel âge parler mortDevrait-on avoir peur de la mort ?

Comment gérer l’angoisse de la mort ?

Faut-il en parler ?
Si oui, comment parler de la mort ?

C’est une idée reçue… Moins on en parle, mieux on se porte.
Et pourtant parler de la mort, c’est au contraire parler de la vie.

Vous serez certainement surpris de penser que la mort ne signifie pas nécessairement la fin de quelque chose, en particulier la fin de la vie.

Pour vivre sereinement, c’est plus simple d’être à l’aise avec les représentations que l’on a de la mort ou du fait de mourir.

Toute l’idée de cet article est de vous apporter un nouveau regard sur la vie, un nouveau regard sur la mort.
Et juste pour être mort de rire, cet article a été rédigé par une personne bien vivante ;)

Un vivant parlant de la mort, c’est bien drôle comme idée
Ça vous paraît étrange ?

La relation que chacun entretien avec la mort est tout à fait intime.
Parfois cette relation intime devient très compliquée, voire même envahissante.

Il n’est pas rare que certaines personnes puissent se sentir angoissées à l’idée même de mourir ou de penser à la mort.

Cette relation étroite et intime à cette idée peut devenir obsessionnelle, et par conséquent tabou.

C’est pourquoi dans cet article vous trouverez les ressources pour voir ou revoir vos représentations liées à la mort.
Vous aurez entre vos mains les ressources pour amorcer le dialogue.

Avec le jeu que vous allez découvrir juste en-dessous , vous pourrez lever le tabou et découvrir un nouveau quotidien.

À la fin de cet article, vous découvrirez une invitation à lire un texte amusant qui relativise l’idée de la mort.

Ouvrons les débats, ouvrez le dialogue…

Ouvrir le dialogue intérieur avec la mort est indispensable pour élargir vos représentations de la vie.

Ce dialogue peut vous permettre d’accéder à une démarche de résilience et de pardon envers vous-même ou autrui.

Le bénéfice d’acquérir cette démarche est d’autant plus grand lorsque la vie nous accompagne encore.

La peur peut effectivement être une barrière à ce processus.
Mais toutes les barrières sont franchissables.
Vous devez savoir que ce processus est un travail de conscience.

Si le corps connaît certaines limites, la conscience, elle n’en a aucune.
Casser les barrières symboliques est largement à portée de votre conscience.

La peur, qui est indispensable à chaque être humain, peut jouer en vous un rôle de dominance.
Pensez simplement que c’est illusoire, que c’est un petit chat qui fait le dos rond pour paraître plus imposant.

Votre peur est tout à fait légitime, elle peut aussi être amplifiée par des expériences douloureuse.
Mais il est important qu’elle ne prenne pas le dessus sur votre vie en dictant le débat de la mort.

Pour commencer ce dialogue, posez vous cette question :

Quelles représentations ai-je de la mort ?

Du fait de mourir ?

Ça peut être tout et n’importe quoi.
Moi quand j’y pense, il me vient en tête une image d’une fête d’Halloween.

Toutes les représentations de la mort ne sont pas nécessairement morbides.

Il est banal aujourd’hui, dans notre société de cultiver un tabou autour de la mort.

Avant par exemple il était normal de tuer son poulet avant de le manger.
Aujourd’hui ça horrifient de nombreuses personnes qui préfèrent acheter des émincés de poulet en barquette sous vide.

livre sur la mort du poulet

Et encore je ne parle pas de toutes les dimensions spirituelles qui étaient largement débattues lorsque la religion tenait encore une certaine place dans la société.

D’un point de vue comparatif, il est tout à fait intéressant de savoir que dans certaines sociétés il subsiste encore, pour dire au revoir à un proche, l’idée de fête.
Et non de cérémonie morbide où parfois on s’embête un peu.

Alors je vous propose un jeu :

Ce que je vous propose, c’est de préparer le jour le plus important de votre vie.
C’est sous forme de jeu préparer un projet autour du moment de votre mort.

Si vous ne vous sentez pas de le faire, ce n’est pas grave.
Mais je vous garantie que ce jeu est plus amusant qu’il n’y paraît.

Ce jeu demande simplement un peu d’imagination et un soupçon de réflexion.
Il se constitue en deux temps :

Premier temps :

Vous devez constituer votre programme J-3.

Il vous reste trois jours à vivre, vous devez imaginer ce que vous feriez pendant ces trois jours.
Vous n’avez aucune restriction.

Plaisanterie : si à J-3 vous pensez à vous suicider, sachez que ce jour correspond au jour J, et qu’il faut donc réfléchir de nouveau au programme à partir de J-3 ;)

Pensez simplement à ce que VOUS, vous voudriez faire, sans faire nécessairement plaisir aux autres.
C’est peut-être une occasion d’imaginer des choses auxquelles vous n’auriez jamais penser.
Et voir les choses qui vous sont essentielles.

Pour ma part, j’ai imaginé mon jour J.

« J’avais une cape rouge. En haut d’un gratte-ciel, je saute sans jamais atterrir. Et je me retrouve dans un hall d’un palace avec des dorures, du marbre et et une assemblée de personnes habillées en pingouin qui m’applaudissait. Et là, je me transforme en lumière… »

Second temps :

Vous devez constituer votre programme J+3.

C’est pareil parce que la vie continue…

On est (nait) poussière d’étoile.
Si on y pense bien nous sommes constitués d’un assemblement d’atomes qui existent depuis l’aube de l’univers.
Après notre mort quoiqu’il advienne la Terre continue de tourner.

Les sept vallées

Aujourd’hui, le débat autour de la mort a beaucoup progressé.
En particulier sur la prise en charge de l’accompagnement des mourants.
C’est ce qu’on appelle la thanatothérapie.

La thanatothérapie vise à préparer les mourants à accepter la mort dans les meilleures dispositions, sans crainte.

Le texte du voyage des sept vallées représente le voyage de la vie vers la mort, avec un sentiment de bonheur jusqu’à une forme de délivrance.

C’est une ballade philosophique non seulement pour les personnes en fin de vie, mais qui est aussi bénéfique et accessible pour tous.

Ces sept vallées se nomment :

  • la vallée du savoir et des connaissances
  • la vallée du repentir et des regrets
  • la vallée des empêchements et des obstacles
  • la vallée des souffrances et des peines
  • la vallée du tonnerre et des éclairs
  • la vallée des gouffres et des précipices
  • la vallée des hymnes, des fêtes et des solennités

Je vous encourage, si l’envie vous dit, de poursuivre vos recherches sur ce texte, qui a le bénéfice de provoquer une certaine prise de conscience.

Par ailleurs, je vous propose l’une de mes création…

Il s’agit d’un texte (qui vous est accessible en cliquant sur le lien juste en-dessous), que j’ai écrit lors de ma formation d’éducateur spécialisé.

C’est lors d’une semaine consacrée au thème de la mort, « parler la mort, parler de la mort », que j’ai eu l’inspiration d’écrire cette nouvelle.

En n’oubliant pas que la vie est un jeu sérieux, mais qui reste avant tout un jeu, je vous souhaite une bonne lecture… :

[L’Éloge Morbide]

Plénitude : comment trouver le chemin du bonheur ?

épanouissementComment ressentir la plénitude ?

Comment vivre et ressentir intensément les phénomènes de votre vie ?

Si votre démarche est d’accéder à votre plus haut niveau de développement personnel, dans toute sa force, son intensité et  son intégralité, alors ce qui suit devrait vous intéresser…

Il arrive parfois de ressentir du vide. De se sentir vidé, épuisé.
On a besoin de se nourrir tant d’une manière spirituelle qu’énergétique.

Et bien souvent, la plupart des personnes font l’erreur de se remplir à outrance, cherchant à combler ce vide.

La bonne attitude face à ce problème c’est effectivement de faire l’effort ressentir la sensation de plénitude.
Mais pas n’importe comment.
Ce qui se fait en donnant du sens à votre vie.

C’est se combler de bonheur de manière efficace, sensée.

Et ce jusqu’à la sensation de satiété (pas besoin de plus, ni moins d’ailleurs).

C’est rechercher la transcendance, la forme d’équilibre parfaite et harmonieuse.

Connaître l’éveil, à l’instar du Bouddha, n’est pas chose aisée… (et on n’en demande pas autant ;))

Mais il est possible de tendre vers cet éveil, vers cette transcendance.
Il est possible de tendre vers le bonheur, en maximisant toutes vos chances pour vivre pleinement les événements de votre vie.

Dans les lignes qui suivent, vous allez découvrir une astuce efficace pour mettre toutes les chances de votre côté pour atteindre votre bonheur durablement.

Je vais aussi vous dévoiler un secret pour le moins lumineux qui vous permet de faire le plein d’énergie et de bonne humeur.

L’étrange astuce du prestidigitateur pour parvenir à votre plénitude

N’avez-vous jamais rêvé d’être magicien ?

Je vous recommande par la même occasion le film Le Prestige, même si nous ne sommes pas ici pour parler cinéma :)

contentement

Le prestidigitateur est celui qui maitrise l’art de créer l’illusion.
Cette illusion repose sur un paradoxe qui est celui de la réalité.
Car le magicien crée l’illusion dans une réalité partagée par tous.

Tous ceux qui sont sous l’emprise de cette illusion sont émerveillés.
Et seul le magicien a connaissance du secret qu’il emploie. C’est le paradoxe.

Le magicien transforme par le processus de l’illusion une réalité pour en créer une nouvelle plus merveilleuse.

C’est ce concept que vous devez utiliser lorsque vous avez la sensation d’un vide et pour retrouver au contraire une sensation de plein.

Donnez vous l’illusion de la sensation de plénitude pour en faire une réalité propre.

C’est un travail d’esprit qui ne connaît aucune limite.
Il suffit juste d’activer la mise en route de ce processus.

C’est alors que vous serez nourri de nouveaux projets, en déclenchant de nouvelles capacités enfouies au fond de vous.

Votre mental, un allié indiscutable, donne parfois par des mécanismes de défense psychologique forts une illusion de dupe.

C’est votre mental qui crée l’illusion de la sensation de vide, de manque de motivation ou d’énergie.
C’est souvent lui qui vous influence et vous dit:
« J’ai peur »
« Je ne suis pas capable de… »
« Ceci ne m’intéresse pas ou ne me convient pas » (sans même avoir tenté l’expérience ou s’être renseigné au préalable)

Il vous faut alors être meilleur magicien que lui et élever votre conscience à un niveau de conscience plus consciente de vous et de vos capacités.

Et je ne vous le cache pas, ça nécessite un peu d’entrainement !

Mais c’est l’occasion de mettre toutes les chances de votre côté pour vivre dans ce qu’il y a de plus positif pour vous. Et d’accéder au bonheur et à votre sensation de plénitude.

Conditions optimales pour l’application de l’astuce :

L’application de cette astuce peut être facilitée en ayant conscience de deux ou trois petites choses.

Tout ce qui relève du senso-perceptif, autrement beaucoup de choses, est subjectif.

Bien souvent, on recherche le sens de nos expériences à travers notre vision du vécu de cette expérience même.
Mais ce n’est pas tout…

Vos perceptions ne peuvent être considérées comme vérité inchangeable ou universelle.
En fait tout dépend du processus de traduction de votre perception par votre conscience.

Et la conscience n’a que très peu de limites.
C’est pourtant votre conscience qui détermine votre réalité.

Vous pouvez ressentir la sensation de plénitude si vous en faites le choix

Le concept de la phénoménologie suggère une vision d’un monde dans lequel la réalité est multiple.
Et cet article découle d’une pensée phénoménologique…

C’est d’ailleurs la phénoménologie qui donne essence à la sophrologie.

La sophrologie vous aide à développer votre conscience pour faciliter les choix qui sont les plus bénéfiques pour vous.

Accepter et accueillir le phénomène, c’est-à-dire une entité issue d’une expérience (ce qui peut être une perception par exemple) sans jugement et sans a priori facilite grandement vos choix.
Et donc vos actions, par la prise de conscience de vos capacités et de vos possibles…
Et c’est la discipline et la rigueur de vie qui sont les garants du respect de vos choix.

C’est le seul moyen d’éduquer votre esprit à ouvrir ses possibles et à voir le positif.
La discipline du yoga en est un parfait exemple.

Ça peut faire peur mais les bénéfices obtenus sur votre capital bien-être sont conséquents…

C’est si peu de choses que de faire l’effort d’être heureux… :)

Bonus : un secret lumineux pour faire le plein d’énergie et de plénitude

Le soleil…

Indispensable pour tous, beaucoup de personnes manque cruellement d’énergie quand il se fait trop rare, à l’hiver en particulier.

Très utile pour stimuler la vitamine D, le soleil est une source d’énergie pour tout être vivant, et pas que

Les Égyptiens l’avaient très bien compris en lui vouant un culte sous le règne d’Amon-Rê.
Mais aussi les peuples Scandinaves. De nos jours ces pays nordiques ne voient pas souvent le soleil. En hiver la nuit tombe très tôt.

Pour pallier à ce manque, ils ont développé toute une thérapie : la luminothérapie.
Ils ont alors créé la technologie nécessaire.

Il est très important de bien choisir sa lampe de luminothérapie.

Vous ferez le plein d’énergie, en plus d’être dans de bonnes dispositions pour ressentir votre plénitude quotidienne.

abondance

La lampe de luminothérapie, pour être efficace et surtout sans danger, doit porter la mention CE.
Les lampes de luminothérapie les plus efficaces sont celles qui délivrent une lumière de 10 000 lux.

Elles demandent une demi-heure d’exposition « seulement », à 50 cm de distance, pour être efficaces.

Le meilleur moment pour un bénéfice optimal est le matin, si possible peu après le réveil.
Une demi-heure d’exposition au petit-déjeuner par exemple avec une lampe forte.

Opter pour la luminothérapie c’est faire le choix de créer son illusion positive :)

De nouvelles réalités en perspectives !

Effet miroir : je me reconnais en toi !

effet miroirNous sommes heureux d’accueillir Lysianne du blog Rire Sa Vie. C’est avec plaisir que nous lui laissons partager son expérience avec vous :

Nous ne pouvons reconnaître quelque chose que parce que nous le connaissons déjà !
Si nous pouvons reconnaître certaines qualités ou certains défauts chez l’autre c’est que cela ne nous est pas étranger du tout !
Alors décryptons notre miroir afin de pouvoir mieux nous comprendre et nous connaître.

Prenons un exemple :

– Si je vous parle d’une couleur que vous connaissez déjà, vous allez tout de suite savoir de laquelle je suis en train de parler, vous allez pouvoir la visualiser, l’imaginer, la reproduire car vous l’avez déjà vu, vous l’avez déjà en vous, dans votre mémoire car vous avez appris à l’utiliser, à la visualiser, on vous a enseigné son nom, etc..

– Maintenant, si je vous parle d’une couleur dont le nom vous est complètement inconnu, vous ne l’avez jamais entendu, ma description est telle que vous n’arrivez même pas à voir à quoi cela ressemble tant cela vous est étranger, vous pouvez essayer de l’imaginer mais vous n’arrivez pas à la visualiser ni à la reproduire car il vous est impossible de savoir à quoi elle ressemble exactement car votre cerveau, vos sens n’ont jamais eu cette information.

Tout est ainsi fait dans la vie. Lorsque vous vous sentez proche des émotions d’une personne en joie, en souffrance, en peine, en colère, en amour c’est parce qu’au fond de vous-même vous connaissez parfaitement ces émotions.

Nous sommes tous nés avec les mêmes besoins et avec un panel d’émotions et de sentiments que nous développons au fur et à mesure de notre vie. Les moyens que nous mettons pour les appréhender ou pour les nourrir vont être différents mais nous sommes tous liés par ces mêmes besoins, ces mêmes émotions et ces mêmes sentiments.

C’est à partir de ces constats que cela devient intéressant car si une personne est en face de nous et nous dérange par son attitude, automatiquement un jugement va intervenir de notre part.
Du style :  » quel(le) arrogant(e) » « quel(le) égoïste »  » quel(le) casse-pied », etc…
Comment peut-on reconnaître ce qui caractérise en cet instant la personne, si nous même ne le connaissons pas déjà !

Quand nous sommes en train de juger une personne, qui juge t-on exactement ?

Car après tout si cette personne est effectivement arrogante, elle seule est concernée, cela lui appartient, alors qu’est-ce que ça peut nous faire ? À moins que cela vienne déranger un aspect de nous qui n’est pas au clair avec ce fait.
Car qui vient mettre le seuil de tolérance pour penser que la personne est arrogante ?
Chacun a sa façon de voir les choses et une personne peut être jugée arrogante pour quelqu’un et pas pour une autre ?
Qu’est-ce qui fait la différence, sinon son propre ressenti, sa propre interprétation, son propre jugement, sa propre gêne ?
Et là on ne parle bien que de soi, pas de l’autre ….
Chacun est comme il est, et nos faits et gestes nous appartiennent.
Si la personne en face est troublée ou agacée, c’est qu’elle s’identifie en miroir, car au fond d’elle, elle retrouve les mêmes blessures, croyances ou traits de caractère de l’autre.

blanc et noirLa lecture se fait autant pour le négatif que le positif, ainsi nous pouvons trouver une personne très drôle, joyeuse, sympathique, c’est parce qu’au fond de nous, nous sommes aussi cela, nous connaissons ces états.

C’est pourquoi il est important de comprendre ce qui se passe en nous lorsqu’une personne nous dérange, nous trouble ou nous répulse.
Qu’est-ce que cela vient toucher en nous ?
Car dans le fond, nous pourrions très bien laisser la personne être comme elle est et que cela ne nous touche pas plus que cela.

L’effet miroir est une excellente approche pour nous rencontrer nous-mêmes et comprendre qui nous sommes, ce que nous avons à travailler pour nous libérer de nos souffrances ou pour nous montrer nos potentiels enfouis qui camouflent notre confiance en nous.

Chaque fois que je rencontre une personne qui vient « titiller » quelque chose en moi, je suis très heureuse, car je me dis que c’est un Maître qui arrive pour me montrer ce que j’ai à travailler pour me libérer de cela et être ensuite en paix.
Il faut comprendre que si une personne nous agresse verbalement ou physiquement, c’est qu’elle aussi a cette souffrance qui la bloque et qu’elle nous la transmet via notre effet miroir qui vient la troubler.

Par exemple :

– la jalousie vient du fait que la personne en face a remarqué en nous une qualité ou un savoir faire qu’elle aimerait avoir, sauf qu’elle n’a pas saisi que si elle l’a reconnue c’est qu’elle-même les possède, mais comme personne ne lui a jamais expliqué ou mis en avant ces qualités personnelles, elle se rabaisse en pensant qu’elle en est incapable et pour mieux se mettre en avant, va rabaisser l’autre à son tour ….
Si l’autre est au clair, elle comprendra et essaiera d’apaiser le jeu, si l’autre n’a pas cette acuité non plus, c’est l’effet boule de neige et cela peut aller loin dans la dispute, la rancœur, etc…

C’est un travail de développement personnel que le travail d’analyse de l’effet miroir.
Il peut être fait seul(e), ce qui est parfois difficile, ou accompagné(e) pour plus de clarté sur des situations ou des sujets précis.

Si nous avions une autre éducation et une autre communication dès l’enfance, nous ne serions pas autant confronté aux autres, c’est à dire à nous-mêmes et les rapports seraient beaucoup plus harmonieux.
Nous serions en paix avec nous-mêmes et donc avec les autres.

En attendant ce nouveau monde ou la Communication Non Violente sera notre quotidien, je vous invite à vous interroger sur vos comportements, vos jugements, vos interprétations en vous demandant, pourquoi cela ?
Puis comment faire avec cela ?

J’espère que cet article vous aura plu, ou tout au moins interpellé et si vous voulez en savoir plus, vous pouvez me rejoindre sur mon blog www.riresavie.fr

Encore merci à Charles de m’avoir fait l’honneur de son site pour y publier cet article.

A très bientôt,

Lysiane

Se détendre : tout savoir sur la méthode d’un jardiner

que faire pour se detendre la journeeComment se détendre ?

Comment se sentir détendu ?

Ce n’est bien souvent qu’une fois qu’elles sont bien installées qu’on ressent des tensions accumulées…
Et qu’on s’en préoccupe…

Et il n’est pas toujours évident de pouvoir se libérer des sources de préoccupations
De ces tensions accumulées qui persistent

Une fois qu’elles sont bien installées, il est difficile de les faire partir.

Bien sûr il est bon d’avoir conscience de vos maux, de vos tensions, de vos petits pépins. Mais bien souvent ils voilent l’ensemble de votre champ de conscience.

Ça en devient obsédant et oppressant…

Il devient alors plus compliqué d’agir.

Pas de panique !

Dans les lignes qui suivent, vous allez découvrir une méthode astucieuse qui nous vient d’un jardinier.
Cette méthode vous permet de déloger les mauvaises tensions et de préparer le terrain pour accueillir de nouvelles sensations plus agréables.

Les tensions en tout genre alimentent un stress qui, si on n’y remédie pas, peut devenir permanent…

Tout l’objet de la méthode que vous allez découvrir juste en-dessous repose sur un travail de conscience.
Chacun a la possibilité de faire parvenir à sa conscience un remède répulsif à son stress.

Ce que cet article vous propose, c’est une simple invitation à créer votre propre jardin zen dans votre conscience.

Râteau, pelle, binette…

Pour créer un jardin dans votre conscience, vous n’avez pas réellement besoin de tout ça.
Seulement d’avoir en tête trois petites choses…

Et vous avez tous les outils nécessaires à votre disposition.

Ne vous souciez pas de savoir si vous avez ou pas la main verte.
Persuadez-vous simplement que l’idée même de la création d’un jardin intérieur vous est utile.

Quelle peut être l’utilité d’un jardin intérieur ?

Créer un jardin zen dans votre champ de conscience, c’est créer votre espace refuge dans lequel il sera plus simple de trouver votre paix intérieure.

Ce que je vous raconte vous paraît peut-être très symbolique.
Et pourtant par cette méthode, votre corps remobilise le système nerveux et stimule les hormones selon ses besoins.

La méthode doit conduire, comme la sophrologie, à la création de nouvelles neurosignatures.

Il s’agit ni plus ni moins d’un processus neurobiologique qui habitue le cerveau à percevoir au mieux les sensations positives.

se relaxer

Le jardin à l’intérieur même de votre champ de conscience va agir comme une bulle protectrice au stress.
Mais ce n’est pas tout…
Il vous permettra de ressentir au mieux la détente au quotidien.

Il n’existe aucune solution miracle pour effacer le stress.
Mais on peut agir contre le stress et le rendre tout à fait imperceptible.

Le stress prend essence au niveau des adaptations rapides et traumatiques du corps et de l’esprit envers l’environnement.

Le stress se ressent par différentes manifestations.
Il devient perceptible à partir du moment où la conscience prend conscience de cette perception.
La conscience est donc perméable à toutes sortes de perceptions.

Cette bulle protectrice permet de faciliter ces adaptations et d’accueillir les perceptions les plus agréables.

Devenir jardinier pour mieux vous détendre…

Avant même de jardiner, il est important de vous mettre dans la peau du jardinier.
C’est la première étape de la méthode.

En laissant venir à vous toutes les idées, les associations, les perceptions, vous faites parvenir à votre conscience l’idée d’un jeu de rôle où vous êtes jardinier.

Le jardinier est quelqu’un de très méthodique.
À partir du moment où il laisse courir son imagination, à savoir ses plans pour un jardin agréable, à son image, il doit simplement agir.

Au fur et à mesure, au fil des saisons son jardin prend forme et se transforme, sous la maîtrise de la nature et façonné par la main du jardinier.

Le gros avantage de vous mettre dans la peau du jardinier, c’est que très vite vous pouvez vous imprégner de ses attitudes.
Un jardinier est une personne manuelle.

Occuper ses mains, c’est ne pas penser au reste, à part la tâche à accomplir.

Dans un moment de calme, répondez à ces questions et laissez-vous méditer :

Quelle image ai-je d’un jardinier ?

A quoi ressemblerait mon jardin si j’étais jardinier ?

Quelle serait mon attitude face aux événements et à la nature si j’étais jardinier ?

3 temps pour une attitude détendue au quotidien :

Créer un jardin, c’est du travail.
C’est aussi accepter le jeu de la nature dont le seul but est de trouver un équilibre. C’est le vôtre aussi d’ailleurs :)

Le but étant de modeler votre esthétique en domptant la nature, vous devez mobiliser votre capacité de résilience.
Ce qui se fait en fonction de vous, en fonction du climat et en fonction du temps.

Alors en créant votre jardin qui ne dépend pas exclusivement de vous, vous entrainez votre capacité à lâcher prise sur votre environnement.

Votre relation à l’environnement n’est plus basée sur un enjeu de domination de l’un sur l’autre, mais est basée sur un partage réciproque empli de symbiose, d’harmonie et de paix.

Premier temps : dégager votre espace

Cette étape consiste à faire place nette.
C’est le moment d’enlever les mauvaises herbes.

La nature reprend vite ses droits et la végétation s’installe là où elle peut.
Dans votre espace, pour façonner votre jardin, vous devez enlever ces herbes.

Vous devez évacuer vos tensions pour pouvoir par la suite planter la végétation de votre choix.

Je vous invite pour ça à déplacer tout ce négatif (utiliser des pesticides, c’est bien trop radical et risqué).

Calmement dans une position stable assise, laissez s’installer une respiration tranquille et profonde.
Concentrez-vous sur les zones d’inconfort et chassez-les le plus loin possible.

N’hésitez pas à accompagner ce mouvement par des gestes.
Par exemple, focalisez tous vos soucis dans votre poing fermé, bras tendu. Une fois la tension maximale perçue, relâchez tout et ouvrez votre poing.

Deuxième temps : élaborer votre jardin avec des nouveaux plants

À partir du moment où votre espace est vierge, tout est à construire.
Ce qui garantie une certaine créativité et beaucoup d’amusement.

Vous êtes capable de tout, par le simple fait de choisir vos plantes, vos lumières, les emplacements, la présence de l’eau, les couleurs, les fruits

Vous devez vous persuader que vous êtes libre de choisir.
Le choix est votre meilleure graine.
Car elle a un gros potentiel pour s’épanouir.

Cet espace devient un espace refuge, un havre de paix.
Libre à vous de choisir d’en profiter ou de l’entretenir (ce qui de toute façon revient au même).

Plus cet espace est rempli de valeurs positives, plus il sera présent à la conscience et donc plus facile d’accès si besoin est.

Troisième temps : pérenniser votre jardin dans le temps

Un jardin est agréable à partir du moment où il est entretenu.
Il est une force car il est sans cesse en mutation.

Une visite dans un jardin est différente de l’une sur l’autre mais la sensation de bien-être est toujours présente.

apprendre à se détendre

Et plus son esthétique est travaillé, plus les bénéfices à en tirer sont importants.

Entraînez-vous à cette méthode pour pouvoir vous détendre facilement.
C’est de cette façon que la bulle protectrice grandira et gagnera en efficacité.

L’invitation à la méditation est toute trouvée…

Et comme dirait Voltaire : « Il faut cultiver son jardin… »

Trouver un sens à sa vie : la méthode pour planifier votre itinéraire !

quel sens donner à sa vieComment donner un sens à sa vie ?

Quelles raisons donnent sens à votre vie ?

Pourquoi se lever chaque matin ?

Voici trois questions que 90% des gens se posent à un moment donné dans leur vie.

Il y a des événements dans la vie, des périodes, où l’on se pose tout un tas de questions.
La vie ne semble plus avoir de sens

C’est bien souvent à cause de ce ressenti que l’on semble perdu.
C’est à ce moment précis que certains doutes s’installent dans notre esprit.

Aussi généralement, c’est toute une spirale négative qui s’enclenche.
La motivation, l’entrain et l’énergie s’éloignent à mesure que votre perception du sens de la vie se fait moins bien ressentir.

Dans les minutes qui suivent, vous allez comprendre comment trouver un sens à votre vie.

Vous pourrez mettre en place des stratégies pour trouver le courage de vous lever le matin et parvenir à votre transcendance quotidienne.

Chercher un sens à votre vie, ça revient en quelque sorte à résoudre une crise existentielle.

Pourquoi j’existe ?

Que dois-je entreprendre ?

Quelles sont les raisons pour poursuivre le chemin ?

Il s’agit simplement d’un travail de réadaptation, d’ajustement de quatre éléments :

  • vos valeurs de vie
  • l’expression et l’accomplissement de vos envies et de vos désirs
  • l’écoute de soi
  • la vision de votre quotidien

Dans cet article, vous allez découvrir une stratégie qui vous permet de retracer votre chemin et prendre en main votre destin. Il s’agit de vous apporter les outils nécessaires qui redonneront sens à votre vie.

Kit de planification d’un itinéraire : choisir une direction

Imaginez-vous perdu, sur la route, ou en forêt.
Heureusement, vous avez toutes les ressources et le nécessaire pour retrouver votre route.

Un GPS, une carte ou une boussole, ou bien même le sens du contact pour interpeller les personnes que vous rencontrez pour demander votre chemin.

Vous disposez de toutes les ressources, c’est à vous de savoir comment les utiliser et faire des choix.

Généralement, c’est une fois perdu et que l’on s’en rend compte, qu’on marque un temps d’arrêt.

On réfléchit, on se repère et on utilise ses outils et ses connaissances pour reprendre la route dans la direction voulue.

Pour trouver un sens à votre vie c’est le même principe.
Vous disposez en vous-même d’une sorte de boussole. Du moins tout un nécessaire de capacités pour retrouver votre direction.

Chaque individu dispose d’un kit de capacités, d’un libre arbitre. Et vous aussi.

La capacité la plus importante que vous devez stimulée est votre capacité à faire un choix.
C’est ça qui donne votre direction, qui donne du sens.

découvrir un sens à sa vie

En plus : un petit kit 2.0 philosophique plein de sens

C’est le sens qui alimente la conscience.

Chaque individu est doté d’une conscience.
C’est à partir du moment où la conscience prend conscience d’une chose, d’un événement, d’un objet ou d’un sujet quelconque que le sens surgit.

C’est lorsqu’une expérience est perçue par la conscience que la conscience devient consciente de la perception.
C’est ça la mise en sens.

C’est ce qui est appelé la conscience consciente : cogito cogitatum.

C’est de ce principe que découlent vos intentions et vos choix.

C’est pourquoi dans la recherche de sens, il est nécessaire de pouvoir suspendre tout jugement (c’est l’épochè) et de pouvoir s’autoriser une parenthèse (c’est la noèse-noème).

Ce processus facilite grandement l’accueil des phénomènes de la vie et permet une plus grande positivité dans vos expériences de vie.

Ce processus est d’ailleurs l’un des piliers de la sophrologie.
Il permet de faciliter (entre autre) la mise en sens de la vie.

Utilisation pratique du kit en trois temps :

En fait, à la question « Comment donner du sens à ma vie ? », aucune réponse ne peut y apporter justement du sens.
C’est une question qui est très ouverte, dont la réponse dépend de chacun et des périodes.

Cette question cultive un rapport étroit à l’existence, à une dimension infinie…

Il y a vraiment de quoi s’y perdre

Pour retrouver son chemin, il vaut mieux se concentrer sur des choses plus simples, plus essentielles.

1°) Se concentrer sur le sens d’un point de vue senso perceptif : S’arrêter, reprendre souffle, se calmer et mettre tous ses sens en éveil, à l’affût du moindre indice pour retrouver la route.

C’est ce qu’on appelle faire une parenthèse.

2°) Retracer son chemin et fixer de nouveaux horizons : Examiner sa carte, revoir le tracé que vous avez cru faire, en vous souvenant des bornes, des indices rencontrés sur sa route.

Ou peut-être trouver de l’aide auprès d’une personne pour vous repérer.

Se poser comme question, quels évènements de notre vie pouvons-vous considérer comme des références précieuses donnant assise à notre quotidien…

3°) Se mettre en route en choisissant une direction qui vous convient : Fuir l’immobilisme, se décider à poursuivre la route et aller de l’avant.

Et ce en formulant des désirs, des rêves et aspirations. C’est pour se donner de la motivations à concevoir et conduire de nombreux projets.

C’est faire et assumer des choix.

C’est en procédant ainsi que vous parviendrez au mieux à trouver un sens à votre vie :)

Relations : les différents moyens de faire de nouvelles rencontres

Au fil des années, nous sommes amenés à faire de nouvelles rencontres. Celles-ci peuvent être amicales ou amoureuses, elles se provoquent ou se créent au hasard au coin d’une rue ou dans le métro. Mais les rencontres que nous faisons dépendent également de notre caractère. Pour certaines personnes, il est difficile de se faire de nouveaux amis et ce n’est pas forcément évident de s’imposer dans un nouveau groupe lorsqu’on vient de déménager dans une ville que nous ne connaissons pas.

oser parler aux gens

Victoria, rédactrice de cet article, vous donne quelques moyens de rencontrer des nouvelles personnes et se sentir à l’aise face à l’autre pour que vos relations soient les plus sereines possibles :

Les rencontres par internet

Aujourd’hui, les rencontres quotidiennes paraissent de plus en plus rares et internet se trouve être une alternative pour se faire de nouvelles relations rapidement. Les sites de rencontres se multiplient et permettent aux personnes les plus timides de se livrer de manière plus sereine. A New York par exemple, la drague en ligne est devenue une habitude et les New-Yorkais sont amenés à trouver l’amour sur le web parce qu’elles se méfient de l’autre dans la vie quotidienne, dans la rue ou dans le métro. Nous voulons connaître des personnes qui nous ressemblent et rapidement. C’est pour cette raison que des sites de rencontre comme Parship, mettent en avant les affinités entre les personnes. Un test de personnalité à votre inscription vous met en relation avec des profils qui vous ressemblent. Vous avez donc plus de chances de trouver l’homme ou la femme qui vous correspond. Internet ne vous permet pas seulement de trouver l’amour, vous avez des sites de rencontres spécialisés dans les relations amicales.

Des sorties entre amis au lieu de travail, les rencontres se font partout

Où que vous soyez, les rencontres se font partout. Mais il existe des lieux ou des situations propices à se faire de nouveaux amis ou trouver votre âme sœur. Par exemple, vous avez plus de chances d’élargir votre réseau au travail avec vos collègues. Vous travaillez ensemble mais vous partagez également des moments de votre vie personnelle lors des pauses déjeuner où vous discutez et où les liens se resserrent. Certaines entreprises, adeptes du good feeling management, organisent également des soirées pour rapprocher les employés entre eux. Il n’est pas rare de se faire des amis sur votre lieu de travail, mais faites tout de même attention à la hiérarchie et à certaines règles. Cet article vous donne d’ailleurs des conseils sur les amitiés au travail.
Vous pouvez également faire de nouvelles rencontres par l’intermédiaire de vos amis. Après votre passage au lycée, à la fac ou dans un club de sport, vos relations s’élargissent et vous êtes aussi amenés à rencontrer des amis d’amis lors d’anniversaires ou de mariages par exemple. Si vous êtes membres d’une association ou que vous pratiquez du sport en club, vous rencontrerez de nouvelles personnes plus facilement également. Vous aurez un intérêt en commun, ce qui augmentera vos chances de vous faire de nouveaux amis ou pourquoi pas de trouver l’amour.

Apprendre à être à l’aise dès les premières rencontres

Il n’est pas forcément simple de se comporter comme on a l’habitude de le faire lorsque l’on rencontre une personne pour la première fois. On est souvent introverti, timide et il existe toujours une phase d’appréhension où l’on a peur de la réaction de la personne, surtout lorsque c’est un premier rendez-vous galant. Pour vaincre votre stress, vous pouvez toujours passer par des méthodes comme la sophrologie ou vous pouvez prendre votre courage à deux mains et oser faire le premier pas. Si vous voulez que votre relation sentimentale ou amicale continue sur la durée, soyez vous-même et évitez de vous inventer une double-vie. Si vous avez du mal à faire de nouvelles rencontres parce que vous êtes trop timide, ne paniquez pas et apprenez à surmonter cette timidité pour prendre confiance en vous et vous sentir plus à l’aise dans un groupe. Les nouvelles rencontres vous demandent beaucoup d’efforts que vous ne regrettez pas d’avoir fait dans la plupart des cas.