Comment éviter les relations toxiques ?

relations toxiques comment s'en sortirComment instaurer une relation de confiance saine avec quelqu’un ?

Comment se protéger de l’autre tout en profitant pleinement de la rencontre ?

Dans quelles dispositions les meilleures rencontres peuvent-elles apparaître ?

Qu’est ce qui se joue dans une relation ?

A priori, le fait d’établir une relation avec une personne c’est assez simple.
C’est dans la nature humaine de pouvoir créer et entretenir des relations avec ses pairs.

Et bien souvent, des complications apparaissent

L’individu peut renvoyer à l’autre, et réciproquement, des sentiments, des sensations qui complexifient les rapports.

Il peut alors être compliqué de :

  • créer une rencontre
  • entretenir une relation (peu importe la nature de cette relation)
  • se protéger d’une relation toxique
  • trouver sa limite
  • clarifier la nature de la relation et donc la façon d’interagir avec la personne

Et le retour à la simplicité peut-être parfois laborieux, car les choses qui sont les plus évidentes sont souvent celles qu’on ne voit pas…

relations toxiques au travail

Être éducateur spécialisé, c’est en partie être spécialisé dans la spécificité de l’autre.

C’est pourquoi dès la fin de cet article vous aurez entre les mains des éléments de compréhension qui vont vous permettre de vous mettre dans de bonnes conditions pour créer du lien avec les autres.

Vous allez découvrir un peu plus bas une méthode qui va vous permettre d’optimiser vos chances de créer des relations saines et de déjouer les relations toxiques.

Il est important que l’éducateur puisse être créateur de lien, en créant et proposant des espaces de rencontre que l’autre a la liberté d’investir ou non.

J’accorde beaucoup d’importance à l’écriture de cet article.
Mon expérience d’éducateur spécialisé y est pour beaucoup.
Car c’est au cours de ma formation et de mes expériences professionnelles dans ce milieu que j’ai mieux perçu la notion de l’autre, la notion d’altérité.

Pour que chacun s’y retrouvent dans une relation, le mieux c’est encore de revenir à des choses simples et essentielles.

Rencontre entre deux « moi(s) » : que se passe-t-il ?

Quels phénomènes interviennent lors d’une rencontre ?

Une rencontre, c’est d’abord une mise en relation entre deux individus.

Alors quelle définition appropriée peut-on donner à l’individu dans le cadre d’une future mise en relation ?

La notion du « moi » est finalement très simple, bien insaisissable…

Explication :

L’être, donc, « moi », est en constante évolution.
C’est un phénomène indissociable avec la notion de temps.
Quand une réflexion se porte sur la notion du moi, c’est important de l’inclure dans un espace tridimensionnel : le passé, le présent, le futur.

La certitude d’avoir été par le passé est sûre, c’est l’expérience qui est telle qu’elle est (sans interprétation, c’est très important).

La certitude d’être à l’instant est plus que sûre, car c’est ce qui se vit dans le moment.
Pourtant, le concept du temps présent est très insaisissable, puisqu’à la seconde même qui s’écoule, il devient passé et est renouvelé à la seconde qui se vit…

Donc la certitude de devenir ne peut exister…
Tout au mieux on peut projeter l’idée d’être, en fonction des expériences vécues (et de l’interprétation qu’on en fait), mais c’est invérifiable.

Donc « moi » est une évolution, un renouvellement permanent et infini !
Et on ne finira jamais par se connaître réellement.

Conclusion :

La rencontre entre deux individus est de ce fait doublement infinie, et doublement surprenante (pure théorie idyllique) !

Dans les faits :

Les processus psychiques entravent cette idée de rencontre à l’infini.
Car il est difficile de vivre sans interpréter les expériences qu’on a vécues.

Ça fait partie d’un processus d’apprentissage qui se focalise sur la défense.
L’idée est que le psychisme assure une sûre surveillance.

Par peur et par méfiance, ces programmes obligent la création d’un pare-feu, qui rend illusoire cette notion d’infini.

C’est là que se pose la question de limite…

relations toxiques amoureuses

Distance et proximité : où est la limite ?

Comment reconnaître et faire vivre l’altérité de l’autre ?

Le processus d’interprétation et d’apprentissage, le traitement des expériences, est renforcé par le lien entretenu avec les autres.

L’individu tire les leçons de ses expériences et de celles des autres.
L’être social que nous sommes tous partage ses expériences.
Le destinataire reçoit les informations qu’il interprète selon sa propre expérience.

Ça agit un peu comme un écho, par rapport à l’histoire, l’éducation, l’environnement et l’expérience de l’individu.
Ce phénomène porte un nom : c’est le transfert.

Ce phénomène agit chez l’un comme chez l’autre.
C’est le jeu des transferts contre transfert…

Ça implique dans l’entité même du moi le déclenchement de mécanismes psychiques qui rendent illusoires, et par illusions, du concept de l’infinie rencontre…

Quelle limite entre moi et l’autre moi ?

Ces mécanismes de défense posent un paradoxe : la fausse nécessité de trouver une juste distance avec l’autre.

En mathématique 1/x, l’hyperbole, tend vers 0 sans jamais l’atteindre, sans jamais se confondre.
C’est la même manière d’aborder l’autre, d’aborder l’infini.

La mise à distance comme la fusion sont deux manières de s’approprier l’Autre en le réduisant à un thème à traiter ou à un autre Moi-même.
Ce sont des conséquences directes des mécanismes de défense.

relations toxiques couple

Les schémas de défense psychique peuvent conduire au désir de possession de l’Autre, d’appropriation, de réduction et d’annulation de son Altérité.

Pourtant, dans le principe de la rencontre, c’est Autrui qui permet au Moi de s’extérioriser afin de s’épanouir.

L’altérité émerge du désir de non possession et de rencontre.

Ce qu’il faut retenir :

Pour éviter l’émergence de relations toxique, c’est important de reconnaître l’altérité de l’autre.

La seule défense viable est de bien comprendre ce qu’on est et quels mécanismes se jouent.

L’autre est d’une richesse infinie.
Pour aborder l’autre il ne pas faut craindre ses différences.

La tendance est plutôt de s’attacher aux points de ressemblances avec l’autre.
C’est illusoirement rassurant, mais la richesse est plus bénéfique dans la différence.

C’est une question de tolérance qui peut être facilitée par l’épochè : la suspension de tout jugement et toute interprétation qui débride et amplifie les expériences, donc les expériences de rencontre.

N’avez vous jamais remarqué que les rencontres les plus attachantes et surprenantes sont celles auxquelles on s’attend le moins ?

Conclusion : c’est quoi l’altérité ?

L’altérité se différencie de la tolérance car elle implique la compréhension des particularités de chacun, la capacité d’ouverture aux différentes cultures et à leur métissage.

En philosophie, l’altérité est le caractère, la qualité de ce qui est autre.
C’est aussi la reconnaissance de l’autre dans sa différence, qu’elle soit ethnique, sociale, culturelle ou religieuse.

Le questionnement sur l’altérité conduit à s’interroger sur ce qui est autre (alter) que nous (ego), sur nos relations avec lui, sur les moyens de le connaître, sur la possibilité d’exister sans lui, s’il constitue une menace pour notre identité.

Une méthode pour déjouer les jeux psychologique : l’analyse transactionnelle

Selon la théorie de l’ Analyse Transactionnelle, nous pouvons nous trouver tour à tour dans les personnages du « Parent », de l' »Adulte » ou de l' »Enfant ».

Dans la logique de chacun de ces rôles, nous pouvons nous placer dans un rapport de domination, d’échange ou de soumission.

L’analyse transactionnelle conduit à exprimer librement nos émotions ou au contraire les retenir.

La vie peut ainsi se comparer à un théâtre dans lequel nous portons différents masques selon les circonstances mais toujours en suivant un script bien établi.
L’enjeu est de comprendre ces jeux de communication et les décrypter, analyser nos comportements, nos paroles, nos émotions.

Ceci peut nous éviter de devenir prisonnier d’un type de réaction, et de rejouer toujours la même scène et le même rôle dans un film qui ne correspond pas forcément à notre réalité profonde.

Mieux nous connaître, savoir comment les autres nous perçoivent, peut nous détourner des pièges dans lesquels nous tombons.
Ça nous empêcher de reproduire trop souvent les mêmes erreurs et de revivre les mêmes scénarios dans nos relations aux autres, en couple, en famille, ou dans notre contexte professionnel…

Vous entreprenez votre démarche pour aborder la vie avec plus de sérénité.

Pour que vous puissiez dire adieu au stress et à l’anxiété, pour accueillir une vie plus simple et un quotidien qui vous convient au mieux, je vous invite à prendre quelques instants pour répondre à ces questions

Le but, c’est de vous offrir la possibilité d’évaluer, à cet instant, la perception que vous avez de vous-même
Et de vous améliorer par la suite.

C’est votre démarche, pour que vous puissiez enfin être :

  • Bien dans votre corps
  • Bien dans votre tête
  • Bien dans votre quotidien

C’est tout simple : vous cliquez sur les cases qui vous correspondent le plus, et vous découvrez les points que vous devez travailler pour vivre un quotidien pour serein.

Tout est là :

Votre projet sérénité

Une fois que vous saurez par où commencer, vous pourrez passer à l’action pour de bon…

C’est vous que vous laissez parler, avec sincérité, et avec votre intention de vous améliorer.
Votre vie n’est pas en jeu, et cette proposition va très certainement vous surprendre dans le bon sens du terme.

Et parce que la vie est un jeu sérieux, nous vous mettons au défi de vous installer dans cette démarche !

 

Charles