Header Image - Votre projet sérénité

Daily Archives

One Article

Comment trouver sa place dans la vie ?

trouver sa place dans la sociétéOn peut vivre de grands moments de solitude lorsqu’on a la sensation de pas avoir de place dans sa vie

Quand on a l’impression de ne pas avoir trouvé un équilibre de vie…

Alors comment trouver sa place dans sa vie ?

Comment trouver la juste place ?

Quelle place prendre dans sa famille ?
Avec les autres plus généralement ?

« Chaque chose à sa place, et chaque place à sa chose »

Pour les individus c’est un peu pareil…

La place que vous prenez dans la vie est primordiale pour votre bien-être.
Pour se sentir exister, pour se sentir reconnu par les autres…

Par la question de place, on peut se poser la question de la légitimité face aux autres.

Trouver la bonne place, ou plutôt la juste place c’est un enjeu majeur dans la recherche du bien-être.

Une simple question se pose :

Pouvez-vous vous situer, dans les cas suivants, avec la sensation d’être à votre juste place ?

Une juste place :

  • Dans la cellule familiale
  • Dans son couple
  • Avec ses amis
  • Avec ses collègues
  • Avec son patron
  • Avec les individualités de la famille (père, mère, frère, sœur..)
  • Dans l’espace que vous vous permettez d’avoir
  • Dans votre rapport général avec les autres

Une place à laquelle vous vous autorisez à être vous-même…

Cette question de la place est primordiale pour votre bien-être, pour votre existence.

Grâce à cet article, vous allez pouvoir affiner votre réflexion autour de la place que vous pouvez occuper dans votre vie, à différents niveaux.

Vous allez avoir entre les mains toutes les indications essentielles pour vous établir dans une démarche harmonieuse de conquête de la juste place.

Vous allez trouver dans cet article des stratégies efficaces pour prendre la place qui vous convienne suivant différentes situations.

Une place, une juste place ?

La place que l’on occupe dans la vie est une question existentielle de premier ordre.

Être tel que l’on est.
En faisant ce qu’on doit faire en fonction de ce qu’on est.
En choisissant de faire ce qui doit être fait  selon ce qu’on est.
Peu importe les personnes qui nous entourent.
Peu importe les lieux.
L’important est de se sentir à sa place dans votre monde en parfaite harmonie.

Prendre conscience de la place qu’on occupe, c’est acquérir un sentiment de bien-être qui associe plusieurs éléments :

  • un sentiment d’existence
  • une reconnaissance avec les autres
  • un rapport d’équilibre avec les autres
  • l’expression d’être tel que l’on est
  • une harmonie avec l’environnement dans lequel on évolue
  • un équilibre psychique qui apporte confiance en soi, dans ses choix et dans ses actes

En réalité, la juste place, c’est la place dans laquelle vous êtes à l’aise, cette place qui vous permet d’être vous-même.

Cette place est le symbole de la position d’équilibre de l’ensemble de votre vie.

Quand on est à sa place, on le sait, on le ressent.
Et c’est tout à fait subjectif.

Cette place cristallise le positionnement de l’instant présent à investir votre vie.

Aujourd’hui je me sens bien sur tous les points de ma vie. Je me sens libre et épanoui.

Autrement dit, cette position donne des indications de votre bien-être.
Elle donne des indications pour savoir si vous êtes en adéquation avec vos valeurs de vie.

Une place, ou une multiplicité de places ?

Il y a la place où on est bien et puis bien souvent… On se lasse.

On se perd dans cette place à laquelle on est bien, car tout change autour.

Et sans même vous en rendre compte, la place que vous aviez occupée devient comme obsolète.

Pourquoi ?

Car lorsque tout va bien, on cherche bien trop souvent à tort de conserver les choses en l’état.

On perd de vue cette place de confort et tout dérape…

Et c’est tout à fait normal.

Un monde qui devient statique va à l’encontre de la nature.

Avez-vous déjà imaginé un monde où tout est bonheur, où rien ne bouge ?
Ce n’est pas si formidable que ça
Parce que très vite, ça devient beaucoup trop ennuyant.

C’est pourquoi il est nécessaire de passer par des épisodes qui bouscule un peu les habitudes.
C’est très enrichissant quand on arrive à détecter rapidement ces épisodes.

Cela oblige à renouveler et réajuster les choses que l’on pense acquises.

Ce qui veut dire qu’une position, une place, est factuelle.
Il faut pouvoir en profiter pendant le temps qui convient puis repartir à la recherche d’une autre place.

L’équilibre est ressenti à partir du moment où on comprend qu’il ne dure pas, et qu’il peut être très vite retrouvé si on accepte son caractère volatile.

La recherche de la juste place

Quand on aborde cette réflexion, quand on se sent un peu bousculé, on peut très vite être confronté à certains doutes.

Généralement, on se sent bousculé parce que la place occupée ne correspond plus à ce que l’on vit.

Et c’est à ce moment que cette place rend perméable à toutes sortes d’affect qui nous rendent à fleur de peau.

Prenons l’exemple de la cellule familiale :

Dans la cellule familiale, il y a beaucoup d’affects qui peuvent ressurgir et être douloureux, à cause de cette simple question de place.

Il y a, de manière générale :

  • la place qu’on a
  • la place qu’on voudrait avoir
  • la place qu’on devrait avoir
  • la place qu’on nous laisse
  • la place que les autres ont
  • la place que les autres devraient avoir
  • la place qu’on laisse aux autres
  • la juste place dans laquelle on se sent bien
  • la juste place de chacun dans laquelle tout le monde se sent bien

Dans la famille :

  • la place qu’on a, qu’on voudrait ou qu’on devrait avoir…
  • et puis il y a la place de la mère, du père, des frères ou des sœurs…
  • et dans tout ça il y a la place, la juste ou tout le monde se sent bien.

Alors, ai-je la juste place ?

  • De fils, de frère ou de sœur ?
  • Suis-je dépositaire de faits qui ne me concernent pas, parce que j’ai une place qui ne me correspond pas ?
  • Est-ce que je joue mon rôle de grand frère, ou de père (alors que je suis bel et bien l’aîné de la famille) ?

Et si ça marche ?

La marche, c’est une belle image représentative de mouvement de la vie.

Pensez à vos premiers pas…

Le fait de marcher vous pousse à alterner des phases dynamiques et des phases statiques (qu’on peut qualifier de phases d’équilibre ).

Un peu comme les événements de la vie, non ?

trouver sa place dans le monde

Ensuite, le fait de marcher vous pousse à choisir une direction.

Pourquoi cette direction plutôt qu’une autre ?

Parce que vous vous sentez d’aller à cet endroit et pas un autre.
Et sinon j’ai la capacité de faire marche arrière ou demi-tour pour retrouver une position d’équilibre.

Parce que vous avez donné une intention à cet acte de marcher.
Et que vous vous installez dans une démarche.

Que se passe-t-il lorsqu’on découpe le mouvement de la marche ?

  1. On part toujours d’une position d’équilibre. Debout sur nos deux pieds ancrés au sol.
  2. Une fulgurance, une intention nous pousse à nous mettre en mouvement.
  3. On stimule inconsciemment (en général) notre respiration, et la mise en tension de nos muscles.
  4. On s’affranchit de l’équilibre avec un pied qui se lève et qui recherche une nouvelle position confortable.
  5. On ramène notre second pied, et on se trouve dans une nouvelle place d’équilibre.
  6. Et ainsi de suite…

Et si on choisit d’aller à tel endroit plutôt qu’un autre, c’est bien pour retrouver une certaine harmonie.

Et c’est tout à fait naturel.

Alors pour conforter votre réflexion sur cette question existentielle de place, pourquoi ne pas faire une petit ballade méditative ?

Pourquoi ne pas vous accorder un temps d’écoute, rien que pour vous, pour faire une mise au point ?

Et simplement constater les choses, sans le moindre affect.
En toute symbiose avec votre existence…