Header Image - Votre projet sérénité

Daily Archives

One Article

Je m’inquiète souvent : comment faire disparaître un souci avec ce tutoriel de résolution de problème

je m'inquiète pour toi mon amourJe m’inquiète tout le temps.

Je m’inquiète toujours pour rien.

Ce sont peut-être ces remarques que vous vous faites souvent à vous même en ce-moment…

Comment ne plus se sentir préoccupé ?

Comment faire disparaître ses soucis ?

Comment résoudre un problème envahissant ?

Comment ne plus se sentir inquiété par un problème qui pourrit votre quotidien ?

« S’inquiéter n’éloigne pas les soucis de demain, mais éloigne la paix d’aujourd’hui. »

Généralement, 90% des personnes qui sont confrontées à un souci, se pourrissent la vie.
Parce que le souci en question devient une préoccupation de tout instant.

Ce n’est pas facile de trouver une solution à un problème qui semble vous suivre

On pense s’en débarrasser et puis il revient à la charge.
C’est là qu’on commence à douter.
Qu’on commence à se remettre en cause.

Et on a du mal à imaginer que la solution va tomber du ciel, comme par enchantement.

je m'inquiète pour toi chéri

Et si le souci en question ne repose que sur la façon de voir les choses, sur la façon de voir le monde ?

« Je ne peux changer le monde qui m’entoure, mais je peux changer le regard que je pose sur le monde. »

Les lignes qui suivent vont vous aider à porter ce nouveau regard.

Cet article va pouvoir vous permettre de créer, ou de vous conforter, dans une dynamique sereine.

Une dynamique qui permet d’avoir un tout autre regard sur les petits tracas de la vie.
Sur ces problèmes qui envahissent l’esprit et le quotidien.

Vous allez avoir entre les mains un petit guide méthodique pour cibler et agir sur ces petits problèmes.
Un petit guide qui peut changer la physionomie et votre attitude vie.

Il s’agit bien évidement d’une base.
Une base que vous pouvez vous approprier et transposer à votre guise.

Tutoriel de résolution de problèmes en 3 étapes :

Il y a des problèmes qui sont vraiment durs à supporter.

Et quand vraiment ils sont incrustés dans votre être au quotidien, il ne faut pas hésiter à aller voir un spécialiste.

Pour autant vous pouvez en parallèle mettre en place des petites choses qui peuvent tout changer.

En étant le plus objectif possible (ce qui n’est pas forcément facile quand un problème est persistant), il est possible de mettre en place certaines stratégies.

Pour ça, il faut pouvoir dire STOP.
Il faut pouvoir s’écouter soi et pas exclusivement son mental.
C’est à dire ne pas avoir d’apriori ou de jugement sur ce qui se vit.

je suis tourmentée

Ensuite, vous pouvez mettre à profit ce petit tutoriel en 3 étapes.
C’est déjà une bonne base.

Première étape : identification du problème véritable

Il y a beaucoup de problèmes qui sont dus à la simple volonté de se faire mal.

Il faut bien se rendre compte que la création de la majorité des problèmes vécus sont dus à la seule initiative de l’individu.

La création de problèmes peut être significative de plusieurs choses :

  • Se conforter dans une zone de confort
  • Alimenter la peur du changement
  • Alimenter la peur des charges émotionnelles et affectives

Mais aussi, l’émergence d’un problème peut être utile pour :

  • Donner un signal d’alarme
  • Donner une piste de réflexion pour changer
  • Résoudre un problème bien plus important qu’on peut avoir du mal à regarder

Un train peut en cacher un autre…

Les problèmes c’est un peu pareil.
Il faut comprendre que l’organisme est bien fait, mais il peut avoir des bugs.

L’idée est donc de remonter la piste du bug qui est symbolisé par le problème vécu.
C’est tout un circuit de communication de l’organisme qu’il faut déchiffrer.

Un exemple :

Je me suis mal réveillé.
Au moment de partir au travail, je ne retrouve pas mes clés.
CE problème me prend littéralement la tête.
Je monte en pression, je crie, je retourne toute la maison pour retrouver ces satanées clés.
Je vais être en retard.

PAUSE

Trois jours auparavant, j’ai eu une altercation avec mon patron.
Depuis, j’appréhende d’aller au travail.
En plus, les conditions de travail me conviennent de moins en moins.
Je voudrais changer de travail…

Conclusion :

Faux problème perçu comme véritable problème :
« J’ai perdu mes clés et je n’aime pas être en retard ! « 

Vrai problème caché par le faux problème :
« Je n’aime plus mon travail, je veux changer de vie ! « 

je m'inquiète pour lui

Même si c’est une chose plus facile à dire qu’à faire, prendre du recul vis-à-vis du problème est déjà un premier pas vers la résolution du problème en question.

Deuxième étape : mise en route du processus d’auto-persuasion

C’est très important de vous convaincre qu’il existe une solution.
Une solution que vous avez à portée de main.

Naturellement, votre attention va se poser sur cette solution.

Et pour ça, il est très important d’être le plus transparent vis-à-vis de soi même.

Il ne s’agit pas de se faire des reproches, de se dire qu’on est nul, de se décourager…

Il s’agit simplement d’être honnête avec soi-même.

Ensuite, l’idée même de « Je vais trouver une solution » va s’installer et pouvoir potentiellement devenir réalité.

De cette manière, vous baissez votre niveau d’attention que vous portez au problème en question.
Vous êtes alors plus réceptif au monde et aux solutions qui peuvent s’offrir à vous.

Vous pouvez d’ailleurs être agréablement surpris !

je m'inquiète pour mon avenir

Module bonus d’optimisation des périodes de transition :

Il y a des périodes délicates, qui sont bien souvent des moments de transitions dans votre vie.

C’est dans ces moments qu’on peut être plus perméable aux soucis, aux problèmes.

Ces transitions cristallisent souvent un dilemme : celui du désir et de la peur du changement.

La peur alimente et conforte l’existence d’un problème.
La conséquence directe, dans ce cas, est que le problème devient légitime.

Aussi, la peur est incontrôlable.
On cherche justement à la gérer, à la contrôler.

Du coup, on lui cherche des explications, on cherche à rationaliser.

Ça amplifie l’attention portée sur le problème et vous cautionnez, dans ce cas, l’existence de votre peur.

je m'inquiète trop pour les autres

À cette problématique, il existe une solution : l’action.
Il faut faire le grand saut.
Il faut faire un choix.

Troisième étape : le temps de l’action

Avez-vous déjà remarqué que lorsque vos mains sont occupées à faire une activité, vous ne pensez qu’à la tâche que vous réalisez ?

C’est normal, vous êtes en train d’agir.
Et vous savez ce que vous avez à faire.

Quand vous avez identifié un problème, ça ne sert à rien de tergiverser.
Il faut passer à l’action.

Une fois le problème identifié, la stratégie posée, il ne vous reste plus qu’à faire.
Et peu importe le résultat. Car ce qui compte c’est la démarche.

L’intention de la démarche est toujours récompensée d’une manière ou d’une autre.
Et ça prend des fois des tournures surprenantes auxquelles on ne s’attend pas.

Ça veut dire que le temps de réflexion doit prendre fin, à partir du moment où vous avez dégagé une stratégie. Après il faut essayer.

causer de l'inquiétude

Un petit rappel de la procédure :

  1. Je ressens un souci. Ok !
  2. PAUSE
  3. J’identifie le vrai problème
  4. Je construis une stratégie
  5. La réflexion est terminée, je passe à l’action !

Pour ça, vous ne devez pas hésiter à partager vos ressentis, avec des personnes de confiance.

Si la situation est trop pesante, un spécialiste peut vous aider à faire ce travail.