Header Image - Votre projet sérénité

Daily Archives

5 Articles

Vivre l’instant présent : comment éviter le syndrome de l’écureuil ?

vivre l'instant présentComment vivre l’instant présent aussi souvent que possible ?

Dès la fin de cet article, vous aurez pris conscience de la richesse de l’instant présent.

Vous saurez précisément ce qu’est le syndrome de l’écureuil
Et comment l’éviter.

C’est difficile aujourd’hui d’être.
C’est encore plus difficile d’être présent au temps présent. À la minute et à l’endroit précis où nous sommes.

Et pourtant, se permettre d’exister à l’instant présent, c’est s’éviter tout un tas de tracas. C’est lâcher prise !

Vous vivez le regret ? La déprime ?

Vous avez peur de ce qui peut arriver ? Vous êtes anxieux ?

Concentrez-vous sur l’instant présent et oubliez tout ça !

Vous ignorez comment pouvoir ne plus vous soucier de vos problèmes qui vous accaparent l’esprit ? Vous ignorez par où commencer pour leur dire au revoir ?

Vous avez beaucoup entendu parlé de ce fameux instant présent. Cela vous paraît peut-être absurde. Ou alors cela vous embrouille dans votre cheminement…

La solution de l’instant présent telle que je vais vous la présenter va vous permettre de vivre plus sereinement.

Vous allez découvrir des moyens d’accès sur lesquels je me suis appuyé pour évoluer personnellement.

Je vais aussi vous présenter le syndrome de l’écureuil et comment l’éviter.

Le syndrome de l’écureuil : comment l’éviter ?

J’ai moi-même observé et défini ce comportement qui souvent nous pourrit l’existence.

Au réveillon de Noël dernier, j’étais en famille, avec ma mère et mes grands-parents, en Normandie. La tradition veut qu’entre chaque plat soit servi le « trou normand ». C’est un sorbet pomme, arrosé de calva.

Mon grand-père propose à ma mère de lui en offrir une bouteille. C’est une rare production artisanale. Ça a ravi ma mère qui lui a répondu : « Ça tombe bien, je vais enfin pouvoir commencer à boire celle que tu m’as offert l’an passé ! »

Voilà ce que j’appelle le syndrome de l’écureuil.

vivre au jour le jour

C’est cette idée de vouloir produire une réserve, un capital, qu’il soit matériel ou non : un capital de potentiels, de capacités, voire de Bonheur.

Et pourtant, ce capital n’est pas destiné à être utilisé. Il est là pour se rassurer, en cas de problème. Mais souvent, en cas de problème nous l’avons déjà oublié.

Créer une réserve de ce type, pour des plaisirs que peut-être vous pensez superficiels, c’est déjà créer un regret, une angoisse. Dans le cas de ma mère, c’est penser à l’idée de la privation.

Cela peut être anxiogène car c’est contraire à la pensée positive.

Alors il faut adopter l’instant présent qui nous approche de l’écoute profonde de notre corps et de notre esprit !

Vivre l’instant présent : l’art de faire disparaître ses tracas !

Avec le syndrome de l’écureuil par exemple, la réserve est l’anticipation d’une angoisse à venir qui est liée à l’expérience d’un trauma passé.

Eh oui ! Vos problèmes et vos questionnements incessants sont l’objet de projections à venir basées sur des expériences passées qui vous ont marqué.

Mais en ayant conscience de l’instant présent, tout cela n’existe plus ! Vous vous trouvez dans un espace-temps où vous êtes seulement tel que vous êtes maintenant ! Sans être pollué par toutes ces émotions négatives qui tirent leur origine de mauvaises expériences.

En vous focalisant sur l’instant présent, vous dites adieu aux regrets, aux remords, à la culpabilité, à la déprime, au stress, à l’anxiété, à la peur… À tout ce que votre mental prévoit pour vous surprotéger et vous censurer.

En vous recentrant sur l’instant présent, tout cette choses négatives deviennent alors un non-sens. Et disparaissent.

En ayant pleinement conscience de l’instant présent vous n’êtes plus attentiste, mais devenez acteur de votre vie.

Mais alors ?!?

Comment vivre le moment présent ?

Je vous vois venir. Vous vous dites peut-être quelque chose comme :

C’est bien beau de se dire qu’à partir de maintenant je vis le moment présent… Mais ce n’est pas facile. Mon mental me ramène toujours à mon passé ou à mon futur…

Et pourtant c’est si simple d’être présent à ce qu’on fait ! Il faut être conscient de ce qui se passe en nous et autour de nous.

Prenons l’exemple d’une montagne à gravir. C’est vrai que la pente est raide. Que l’effort va être très dur. Qu’il faudra certainement plus de cinq heures de marche.

À ce rythme de pensées, je vais très vite abandonner.

Et si simplement je mettais un pied devant l’autre sans me poser de questions ! Que je sois attentif au paysage, au parfum de la nature, de l’attractivité de la terre qui me fait tenir en équilibre, au bruit des oiseaux…

profiter de la vie

Pour vivre le moment présent il y a 2 possibilités à retenir : soit on FAIT les choses, soit on s’accorde une pause pour s’écouter.

Le tout est de se concentrer sur les sensations que l’on vit dans l’instant qu’on est en train de vivre !

3 astuces pour bien vivre l’instant présent !

L’instant présent repose sur une chose essentielle : votre capacité à être attentif et à vous concentrer.

Pour bien vivre le présent, recentrez-vous sur vous-même. En vous accordant une pause.

1) Un moyen simple d’y parvenir est de vous concentrer sur votre respiration :

Fermez les yeux, dans une position confortable pour vous.

Adoptez une respiration abdominale. Pour bien prendre conscience de votre respiration vous pouvez placez une main sur votre abdomen.

Prenez de plus en plus des inspirations profondes. Ressentez le bercement de votre respiration et du bien-être apporté.

Relax, vous pouvez continuer l’exercice les yeux ouverts et continuer la lecture de cet article.

2) Un moyen différent mais tout aussi efficace, c’est de vous concentrer sur votre corps :

Tout en poursuivant cette lecture, concentrez-vous sur vos pieds (ou un autre membre de votre corps).

Prenez conscience de leur température, peut-être du doux fourmillement qui les traverse. De toute leur structure, du bout du talon au bout des orteils.

Prenez conscience de toutes les sensations qui les traversent. Prenez conscience de leur contact avec le sol.

Vous lisez et en même temps vous leur apportez de l’attention. Vous êtes à ce que vous faites tout en vous écoutant ! Et peut-être même vous continuez d’être concentré sur votre respiration !

3) Dernière astuce : abordez le monde et l’instant présent par la sensitivité :

De la même manière pour vous concentrer sur votre corps, concentrez-vous sur vos sens. Commencez par un, puis deux et ainsi de suite.

Le goût, le toucher, l’odorat, la vue et l’ouïe sont les moyens que nous utilisons pour entrer en contact avec le monde. C’est en en prenant conscience que vous vivrez pleinement l’instant présent.

Peut-être que durant cette lecture vous avez été distrait, que votre mental a ressurgit. Vos verrez qu’avec un peu d’exercice, il deviendra moins oppressant.

Le mental est là pour contrôler. Mais à force de contrôle il nous pourrit la vie.

En ayant plus conscience de votre présent il vous laissera tranquille et vous pourrez lâcher prise. Car l’instant présent est tout ce qu’il y a de plus imprévisible.

Lorsque je suis dans les transports en commun, souvent je me sens agressé. Comme oppressé. Je ne cesse de penser, de ruminer et comme tout le monde je fais la tête. Et puis je ferme les yeux quelques instants, je respire et accueille toutes les sensations. Et je laisse venir en moi un grand sourire intérieur. Et très vite les pensées s’échappent et j’arrive à bon port.

La pensée positive : une richesse à exploiter

voir la vie en rose et être heureuxEnvie d’adopter la pensée positive pour en finir une bonne fois pour toutes avec la mauvaise humeur ?

Après la lecture de cet article, vous n’aurez plus aucune excuse pour ne pas voir la vie en rose.

Vous allez prendre conscience de la richesse de la pensée positive et vous pourrez l’adopter !

En ce moment, je traverse une mauvaise période et je n’en vois pas le bout. Je ne sais pas vraiment comment faire. Ça m’énerve !

A ces questions, je propose quelque chose de simple : cesser d’être négatif !

Être positif et le rester c’est bien joli… Qu’est-ce que ça peut changer à mes problèmes ?

À quoi ça sert de se plaindre ?

C’est vrai que c’est difficile de voir la vie en rose tous les jours. Entre le travail, la vie dans la maison, le pessimisme partagé, les gens qui font la tête dans les transports… Un rien nous pousse à bout !

Une personne qui passe la moitié de son temps à ronchonner se trouvera confronter à des problèmes de santé comme le stress. Ou en tout cas, cet état d’esprit n’aura comme effet que de se mettre des obstacles à son bonheur.

Si vous pensez qu’être positif ne change pas grand-chose – entre nous ce ne sera pas être positif mais niais, candide… – être négatif ne change pas non plus les choses.

Et pourtant le simple fait d’être positif vous permet d’exploiter des ressources pour rebondir !

Que peut apporter la pensée positive ?

Déjà il faut préciser une chose : être négatif ou positif n’est pas quelque chose d’inné :

On N’EST PAS négatif ou positif. C’est une question d’habitudes et de moyen de défense face à certaines agressions dans la vie quotidienne.

J’ai rencontré dans ma vie une personne qui ne pouvait s’empêcher d’être méchante, sarcastique…

Un jour je lui ai demandé pourquoi. Elle m’a répondu simplement qu’elle était comme ça.

Avec son expérience, c’est devenu comme une carapace. J’ai pensé que c’était justement une question d’habitude et que cette personne n’avait jamais eu l’occasion de faire le choix d’être positif, face aux malheurs qu’elle a traversés.

J’ai rencontré cette personne à un moment où moi-même je traversais une période qui ne m’était pas agréable mais qui avec le recul a été très formatrice en terme d’expérience de vie.

J’ai commencé à m’offrir le choix d’être positif !

Les problèmes que je voyais n’avaient plus de sens. Car en moi j’avais les ressources pour me créer une nouvelle opportunité.

pensée positive du jour

La majorité des problèmes sont liés aux représentations de notre mental.

J’ai découvert que la sophrologie repose entre autres sur le principe d’action positive : toute action positive dirigée vers la conscience se répercute positivement sur tous les éléments psychiques.

Quel bon état d’esprit pour adopter la pensée positive ?

La pensée positive est un choix !

C’est sûr que c’est compliqué de faire ce choix quand on n’est pas au top, quand la période n’est pas facile. Surtout que notre mental qui lui choisit la facilité se tourne plus aisément vers des pensées plus noires.

Mais tout ça peut changer ! C’est une question d’habitude. Donc il s’agit d’un apprentissage qui pourra changer votre vie !

C’est comme un muscle à travailler. C’est un processus qui avec de l’envie et un peu de méthode devient aussi naturel que le simple fait de respirer.

pensée positive permanente

Le secret c’est de trouver l’envie d’avoir envie. Et si vous lisez cet article, c’est que vous avez suffisamment l’envie de changer…

Retenez bien une chose :

Si la pensée positive est un choix, avoir le choix est votre liberté ! Jouir d’une quelconque liberté renforce le sentiment de bien vivre, de bien ÊTRE.

C’est comme devenir pleinement acteur de sa vie. Bien sûr, cela nécessite un peu de rigueur mais avec de la pratique, ça devient automatique.

Comment devenir positif et le rester ?

Le fait de posséder cette liberté de choix et surtout le fait d’en avoir conscience va considérablement changer votre rapport à la vie. Il ne faut pas négliger cette force !

Vous vous apercevrez bientôt qu’elle sera une réelle motivation pour passer à l’acte dans le positivisme et surtout pour le rester.

Alors vous avez décidé d’être positif ? Très bien !

Car il s’agit là d’un travail reposant sur votre volonté.

Commençons maintenant, ensemble si vous le voulez bien !

Les 3 clés pour devenir positif :

1) La première des clés pour être positif, c’est d’arrêter d’alimenter votre esprit avec des pensées négatives :

Aujourd’hui la plupart des gens, moi-même auparavant, ont un mental en constante activité. Jamais de pause !

Face aux agressions extérieures, en plus de nos conflits intérieurs, ils ne cessent de se focaliser sur le négatif. Pourquoi ? Pour se prévenir des perpétuelles agressions de la société.

Du coup surviennent pensées noires, obsessions et peur… Tout un cocktail fait pour nous faire stresser…

Alors le conseil, c’est de vous accorder une pause :

Concentrez-vous sur l’instant présent. Faites le vide en vous.

2) La deuxième chose, le transformer en positif :

Retenez bien que vous êtes exceptionnel et que vous détenez un grand potentiel.

Les choses à l’heure actuelle sont telles que vous les voyez ! Voyez à présent le bon en étant ce que vous êtes. C’est-à-dire exceptionnel !

La plupart des pensées négatives proviennent de l’environnement extérieur. Et sur celles-ci, il est très simple d’agir !

On a déjà beaucoup à faire avec notre propre négativité et avec celle de notre entourage… Ne soyez pas éponge qui ne peut s’essorer.

Une solution simple est de les transformer en positif. Dans toutes mauvaises choses se trouve quelque chose de bien. Il faut que votre attention soit attirée vers ce bien.

Une panne d’essence ?!? Une bonne occasion de faire de la marche à pied, bon pour votre santé ! Peut-être pendant cette promenade vous ferez de bonnes rencontres inattendues…

C’est ça le principe de la pensée positive.

Mais attention : avant de transformer ce négatif il faut pouvoir s’en préserver. Car il est très contagieux.

Prenons l’exemple des médias… Je vous conseille d’ailleurs de les éviter : ils nous parasitent l’esprit en nous induisant des pensées contre notre plein grès. Ils nous submergent avec un flot incessant de faits divers morbides, chômage, crise, épidémies… En un mot : que de pessimisme. Ils nous tirent vers le bas.

3) La troisième clé repose sur l’acceptation de ce qui est pour vous négatif :

La vie suit le chemin du temps. Ce chemin est tout sauf monotone. Et parfois vous avez la sensation qu’il est trop désagréable.

Il s’agit seulement de votre expérience. Cette expérience amène du bon comme du mauvais. Il y a toujours du bon à retirer d’une mauvaise expérience.

C’est ça la voie de la résilience !

Accepter les émotions, les humeurs, les événements tel qu’ils vous viennent sans les juger ni les interpréter. Profitez-en lorsqu’ils vous apportent du plaisir.

Et si on s’exerçait ?

Concentrez-vous sur votre respiration et accueillez la détente et la sérénité. Vous venez de faire le vide. Vous ressentez pleinement la détente.

Renforcez maintenant mentalement votre capacité de confiance, d’harmonies physique et mentale, et votre capacité d’espoir. C’est un excellent exercice pour commencer.

Une variante :

De la même manière, concentrez-vous sur l’instant présent. Faites le vide de toutes les pensées. Accordez-vous une pause. Et prenez conscience de vous dans votre totalité. Corps et esprit.

Le meilleur pour la fin :

Voici un exercice génial pour apprendre à voir le positif :

Pendant une semaine, chaque soir, notez sur un carnet 5 choses positives qui vous sont arrivées dans la journée.

Ne cherchez pas des choses compliquées. Cela peut être très simple : par exemple la sensation de bien-être en buvant un café en terrasse avant d’aller travailler, le matin.

Je suis sûr qu’avec un peu d’entraînement, vous arriverez à voir cette facette de la vie qui est si belle.

pensée du jour

Et pour y arriver plus facilement, je vous propose la chose suivante :

Chaque matin devant le miroir, faites-vous des grimaces. Pensez très fort que vous allez passer une bonne journée. Ce que je vous demande c’est de travailler sur le sentiment de joie. Vous pouvez faire appel à un souvenir agréable pour ça.

Plus vous apprenez à voir du positif, plus vous en voyez.

Je m’ennuie que faire : et si vous l’acceptiez ?

je m'ennuie que faireQue faire quand on s’ennuie ?

Ce qui va suivre va probablement vous surprendre…

Vous allez découvrir qu’on peut faire de l’ennui un allié pour prendre prendre confiance en soi.

On peut changer son regard sur soi et sur son environnement pour avoir accès à un épanouissement personnel.

Probablement qu’à l’heure où lisez ces lignes vous vous demandez que faire face à l’ennui… Face à ce temps qui passe si lentement….

Et si je vous disais qu’avec une nouvelle perception de votre quotidien et de votre regard sur soi, vous pourriez transformer l’ennui en quelque chose de bien plus profitable ?

Dans les lignes qui suivent, vous allez découvrir une nouvelle façon d’aborder l’ennui. Qui vous fera voir les choses différemment.

L’ennui est trop souvent assimilé à quelque chose de négatif

Trop souvent assimilé à quelque chose qui devrait être chassé.

Peut-être avez-vous déjà culpabilisé de vous ennuyer un instant, en particulier lorsque vous aviez le sentiment d’être surmené…

Peut-être aussi que votre quotidien ne vous permet pas de vous ennuyer… Ou peut-être vous ennuyez-vous tellement que cela vous déprime.

Alors vous n’acceptez pas l’ennui quand celui-ci pointe le bout de son nezIl vous paraît désagréable et vous ignorez comment réagir…

À la fin de cet article, vous serez en mesure de mieux appréhender cet état qui peut être douloureux.

Vous avez dû remarquer que plutôt que d’accepter l’ennui, vous avez tendance à vouloir le combattre. Et à sans cesse vouloir vous occuper.

Vous avez tout essayé : télévision, musique… toute occupation pour pouvoir le refouler.

Posez-vous un moment…

…et rendez-vous compte de cette société mondialisée dans laquelle nous vivons. Tout ce consumérisme. Toute cette activité incessante.

L’accès au divertissement et à tout produit détourné à des fins de consommation génère la culture de type « j’utilise et je jette » et « je zappe ».

Nos représentations engendrées par cette société ne laissent plus de place à l’ennui. Pire encore : elles nous font culpabiliser lorsqu’on s’autorise une pause.

L’ennui est-il un barrage à l’épanouissement personnel ?

Le mental est une arme puissante contre l’ennui. Mais la question est de savoir si l’ennui est un ennemi qu’il faut combattre.

Cette petite voix dans votre tête ne vous lâche jamais. Elle est toujours présente, que vous soyez actif ou inactif. Et vous pousse sans cesse à occuper votre temps comme on occupe son estomac en se goinfrant de cochonneries.

Le mental n’est pas malsain. C’est juste qu’il est difficile pour lui de faire une pause. Et souvent il est cause de stress.

Le mental a tendance à davantage se soucier de quantité plutôt que de qualité :

Il préfère vous faire écouter de la musique en permanence ou vous faire regarder la télévision plutôt que de vous laisser vous poser afin de faire le point et de passer un petit temps calme.

C’est cette petite voix intérieure qui vous dit « ne prends pas de retard », « dépêche-toi », « occupe-toi vite »

lassitude

Votre mental n’est pas un ennemi, simplement il est associé à votre éducation et vos valeurs. Il est conditionné pour ne jamais faire de pause, pour ne jamais faire de place à l’ennui !

Aujourd’hui l’ennui est un état incompatible avec les valeurs qui se dégagent de nos sociétés de consommation et de divertissement.

Et à l’excès, l’ennui peut s’avérer être un état très négatif. Il ne doit s’agir que d’un état bref et passager.

Vous êtes stressé ? Lisez bien ce qui suit :

Face aux exigences de la vie socioprofessionnelle, à la remise en question des valeurs traditionnelles, à l’évolution des structures sociales et familiales, à l’accélération du rythme de vie, il devient de plus en plus difficile à l’homme de s’adapter.

Et son organisme physique accepte plus ou moins bien les contraintes auxquelles il est soumis. C’est l’intensité et la durée de l’agression extérieure qui conduit à l’épuisement.

Le stress, c’est l’inadaptation de l’humain face à son environnement qui favorise l’émergence de préoccupations mentales entraînant l’apparition de tensions d’ordre psychologique et physique.

Tout stress extérieur, physique ou psychologique, agréable ou désagréable, provoque une réponse du corps, identique et stéréotypée : réactions hormonale, organique, musculaire, etc…

Toute tension psychologique se traduit par une augmentation souvent inconsciente de la tension musculaire et par une activité intense du système nerveux.

Pourquoi s’ennuyer est important ?

On pense souvent que l’ennui, c’est n’avoir rien à faire.

Dans presque tous les cas, c’est faux : si on y réfléchit bien, les moments où l’on n’a réellement rien à faire sont très rares.

Cette rareté est un luxe accessible et nécessaire qu’on doit s’accorder pour faire une pause et repartir de plus belle. S’accorder cette pause c’est se préserver de moments de stress.

L’enfant qui se construit (qu’on soumet d’ailleurs de par nos propres schémas à un hyper activisme) a besoin de l’ennui :

C’est ce qui lui permet d’accepter ses premières frustrations. Et c’est ce qui le pousse vers le chemin de la créativité, de l’imagination dont le seul point de départ est un lui-même qui s’accorde une pause.

monotone

Pour vous reconquérir vous-même, vous devez donc ré-apprivoiser cet ennui. En lâchant… pour lâcher prise !

Un passage qui conduit à une meilleure estime de soi

L’ennui est un passage qui conduit à l’épanouissement personnel.

L’ennui permet de se retrouver seul avec soi-même. La meilleure des attitudes à adopter face à l’ennui, c’est de l’accueillir comme s’il s’agissait d’un vieil ami.

Vous pourrez même accéder à un état méditatif ou contemplatif. Ou tout simplement être satisfait de cette simple pause.

En allant à sa rencontre, vous pourriez ressentir une sensation de tranquillité et tous les bienfaits qui y sont associés.

Vous pourrez ainsi faire le tri dans vos pensées, en occultant votre quotidien. Et même laisser émerger l’enfant qui sommeille en vous, avec tout son imaginaire, toute sa créativité.

Laisser place à l’ennui en s’accordant une pause est un des meilleurs moyens de gagner en créativité.

À votre avis, pourquoi trouve-t-on dans les bureaux de Google des pièces conçues exclusivement pour prendre des pauses et s’ennuyer ? Canapés, toboggans, boules et jeux pour enfants… Exactement comme pour les enfants.

ils s'ennuyent chez Google

Un des nombreux espaces détente de Google

L’ennui, à partir du moment où on accepte de l’accueillir en nous, permet de mieux s’accepter. Et fait revivre les potentiels qui nous habitent depuis toujours.

Crise existentielle : comment bien se reprendre en main ?

crise existentielle femmeDans les lignes qui suivent, vous allez apprendre à voir la vie sous un nouvel angle.

Vous allez pouvoir vous rapprocher de vos objectifs en terme d’épanouissement personnel.

Vous allez avoir entre les mains des précisions précieuses sur cette crise existentielle que vous traversez.

Ensemble, nous allons travailler pour vous offrir la possibilité de :

  • prendre confiance en vous
  • retrouver l’estime de soi
  • vous redécouvrir
  • avoir une attitude positive face aux événements de la vie
  • mieux vous épanouir dans votre quotidien

Vous vous sentez surmené ?

Vous perdez pied dans votre vie ? Dans votre quotidien ?

Vous avez parfois l’impression de perdre le goût de la vie ?

Vous êtes submergé d’un flot incessant de questions ? Et il vous arrive même de remettre en cause l’intégralité de votre existence ?

Votre soupape est prête à lâcher, mais vous avez la ferme intention de vous ressaisir !

Et vous amorcez un travail sur vous-même. Vous recherchez donc des solutions pour y remédier :

Vos recherches vous conduisent vers différents sites internet. Vers certaines philosophies associées aux valeurs de bien être ou de zen attitude.

Vous avez testé des techniques de méditation ou de yoga, mais elles s’avèrent insuffisantes…

Elles ne vous conviennent peut être tout simplement pas. Ou bien vous sentez que vous n’êtes pas suffisamment guidé dans vos démarches de développement personnel.

Ça n’a pas toujours été facile pour moi non plus :

Tout comme vous, à différents moments de ma vie, je me suis retrouvé face à moi-même. Démotivé, j’étais comme aspiré dans une spirale négative qui jamais n’aurait trouvé sa fin.

C’est toute mon existence qui fut remise en cause !

crise existentielle dépression

J’avais un regard négatif de moi, une perte d’estime et une perte de confiance en moi. Je n’avais pas la force d’investir mes projets.

Jamais je n’étais présent à ce que je faisais. Je n’étais pas en capacité d’accueillir le moment présent. Tourmenté par mon passé et un futur irréalisable. Pourquoi ? Car l’instant présent m’était angoissant.

Je me suis focalisé sur des questions existentielles, qui par l’obsession, étaient un obstacle à mon épanouissement et à mon essor personnel.

Et puis j’ai eu un déclic :

Une rencontre inattendue (difficile a accepter quand on veut tout maitriser !)

Grâce à cette personne j’ai vu les choses différemment. J’ai lâché prise. J’ai trouvé des ressources en moi.

Le changement positif personnel a été progressif. Par l’acceptation des événements.

Je rédige cet article pour aider les personnes qui, comme moi auparavant, se retrouvent dans une situation dont ils veulent se défaire.

Je vais partager avec vous une vision positive et méthodique, pour retrouver de l’ordre, de l’harmonie et de l’enthousiasme.

Où trouver la force de changer une situation existentielle ?

Comment prendre le recul nécessaire sur soi ?

Dans une situation telle que vous traversez, il est difficile de changer radicalement du jour au lendemain.

Nous parlons bel et bien d’un travail sur soi conséquent qui, avec la bonne attitude, peut prendre des tournures inattendues (dans le bon sens du terme bien sûr).

Ce travail sur soi, une fois amorcé, aura des répercussions bénéfiques. Ces répercussions ne seront peut-être pas décelables dans l’immédiat. Mais elles seront belles et bien présentes.

Sachez une chose : vous avez en vous-même une infinie possibilité et un potentiel que seule votre volonté décidera d’exprimer.

La première force à ne pas négliger réside dans votre désir de changer

N’essayez pas de rationaliser ce désir. Il y a mille et une raisons de changer de toute manière. Et cela est dû aux lois du temps et de l’évolution.

Vous aspirez à meilleur pour vous. Et le meilleur de vous, n’est-ce pas une raison suffisante pour changer ?

Inspirez-vous seulement de votre désir de changer, et non pas de causes négatives qui vous poussent à vouloir changer.

Vous n’aurez plus aucune excuse pour ne pas vouloir changer. Bannissez la fatalité.

La deuxième force pour surmonter cette crise repose sur votre capacité à relativiser

Quel que soit le moment que vous endurez, dites-vous bien une chose :

“Ce soir, je serai dans mon lit pour dormir et demain sera un jour meilleur.”

Il est impossible que vous puissiez traverser la pire des situations. Car dans ce vaste monde, il y a toujours plus malheureux que soi.

Ayez ceci en tête :

Peut être que depuis le début votre capacité de jugement et de perception du monde et de votre personne est faussée.

La réalité n’est pas toujours telle qu’on croit ou telle qu’on la voit.

Dans son célèbre tableau, Magritte a peint une pomme sous laquelle est inscrite la phrase suivante “Ceci n’est pas une pomme”.

crise du milieu de vie

Le message certainement le plus fort est de ne pas prendre pour vrais les données de nos sens et les préjugés formés par l’habitude.

Magritte met en évidence la difficulté des hommes à changer leurs conceptions des choses, leurs résistances au changement, l’emprise des idées reçues.

À vous de choisir d’être heureux

Le changement entrepris ne repose pas sur la quête de son idéal, mais sur l’acceptation de soi-même et de son désir d’exister.

Il y a toujours pire que soi. La preuve en est vous avez la capacité de pouvoir entreprendre un travail existentiel dont vous êtes force par votre existence même !

Le premier point essentiel à retenir, c’est que vous possédez un potentiel infini. Des ressources inhérentes à votre existence qui ne demandent qu’à être exploitées !

Il y a autant de négatif que de positif à somatiser, à vous de choisir !

Vous vous êtes probablement posé à plusieurs reprises les questions suivantes :

Comment m’épanouir dans mon quotidien ? Comment accepter la routine ?

Vous êtes un être d’exception

L’idée n’est pas de vous faire croire qu’il est possible de rendre son quotidien exceptionnel, vous ne me croiriez pas.

L’idée est de vous en convaincre !

Pourquoi serait-ce impossible, alors que votre existence est un fait exceptionnel ?

Si vous souhaitez rendre votre quotidien exceptionnel, il faut commencer par accepter que votre existence le soit.

Vous pensez certainement que ce que je vous raconte est illusoire. Qu’il est impensable de penser que vous êtes exceptionnel. Que vous êtes ici un point c’est tout. Avec une montagne de problèmes à résoudre, au travail, à la maison…

Alors dans ce cas-là, dîtes moi la probabilité pour que vous soyez ici et maintenant.

crise existentielle psychologie

Quelle est la probabilité pour que vos parents se soient rencontrés à tel moment et à tel endroit, parmi 6 milliards d’individus ?

Quelle est la probabilité pour qu’un certain spermatozoïde parmi quelques millions rencontre l’ovule qui vous a permis d’être ?

Donc vous êtes exceptionnel.

Ne plus voir son quotidien comme une routine

Vous êtes exceptionnel et vous évoluez dans un quotidien qu’il faut modeler par vos choix : le choix d’accepter le positif.

Pour cela, acceptez de faire une pause dans votre journée !

Une solution efficace est de vous recentrer sur vous-même, votre corporalité, dans l’instant présent. Un moyen d’accès simple est la respiration.

Aussi ne soyez plus cartésien. Ayez une pensée phénoménologique.

Laissez venir à vous les phénomènes de la vie, les sensations, les énergies. Accueillez et acceptez, sans aucune interprétation ni jugement les phénomènes de la vie.

Il s’agit bel et bien d’écouter son corps et son esprit, son environnement. Concentrez-vous sur la simplicité de la vie !

Prenons un exemple :

« Je me lève de mauvaise humeur car j’ai passé un mauvaise nuit, les idées noires à cause des factures à payer, de la mauvaise ambiance au travail et parce que mon fils à de la fièvre. Je suis mal réveillé, ronchon et aigri, je fais tout de travers, comme ces derniers mois d’ailleurs. Je suis habillé mais en finissant de me brosser les dents je fais une tâche de dentifrice sur ma chemise, la seule à être repassée… Je sors je chez moi, après trois pas, je marche en plein dans le caca… Ma journée est très mal engagée et tout me tombe sur la tête. »

Et si dès le lever j’avais décidé d’être content ? Et si je m’étais dit qu’en marchant dans le caca avec le pied gauche portait chance ?

Et si tout simplement j’avais accepté avec enthousiasme le début de cette nouvelle journée ?

Vous comprenez… le choix de voir les choses en bien vous appartient à vous seul et cela change énormément de choses.

En adoptant cet état d’esprit positif et enthousiaste votre comprendrez que la routine est un non-sens. Car un être exceptionnel traverse le temps par sa présence d’esprit d’exception.

Comment se sentir bien par la respiration

se sentir bien au quotidienÀ la fin ce cet article, vous saurez comment vous sentir bien simplement en respirant.

Ça peut vous paraître absurde, mais la respiration est un moyen de détente très efficace.

Au fil de cette lecture vous allez prendre conscience que la respiration est un outil remarquable qui possède de nombreux bienfaits.

Peut-être traversez-vous une période stressante… ?

Vous vous sentez oppressé… ? Vous étouffez dans votre quotidien… ? Votre quotidien vous empêche de faire une pause… ?

Et du coup, vous cherchez une solution simple et efficace. Une technique vous permettant de vous ressourcer, sans que ça ne vous prenne un temps considérable.

Mais peut-être que vos recherches vous conduisent vers des méthodes coûteuses ou qui prennent trop de temps…

Vous allez prendre conscience de la richesse apportée par la respiration. Une richesse sur laquelle vous pourrez compter au quotidien pour vous sentir plus heureux.

Se sentir à l’aise : ne sous-estimez pas la puissance de la respiration

Je me souviens du moment où j’étais sur le point de passer le permis de conduire. J’étais très stressé. J’avais chaud. Mes jambes tremblaient et mon cœur s’accélérait.

Mais heureusement ma copine était là pour me réconforter. Pour m’accompagner avant de monter dans la voiture. Pour m’aider à me calmer elle me disait : « Relax, tout va bien se passer ! Respire un bon coup ! ». Et sur le moment, je me suis détendu. Et j’ai eu mon permis du premier coup.

C’est en se remémorant cet instant que j’ai compris que respirer pouvait m’apporter de la détente et énormément d’autres choses.

J’ai décidé d’écrire cet article parce que bien souvent on oublie ce que la respiration a de bon.

On en oublie presque son existence. Sans même que vous ne vous en rendiez compte, vos problèmes quotidiens ont un impact direct sur votre respiration :

Elle est incomplète, saccadée, bloquée… Vous respirez mal. Ça n’est pas volontaire et vous n’êtes le pas seul dans ce cas puisque 95% des personnes ne respirent pas correctement.

La respiration, une fonction vitale pour le bien-être

Vous rencontrez un stress récurent ? Un stress qui vous empêche de vous sentir pleinement épanoui… Un stress qui rend impossible un bonheur au jour le jour…

Saviez-vous que le stress agit sur votre respiration ? Celle-ci devient devient plus saccadée. Plus incomplète et irrégulière.

Vous voyagez à la montagne, vous avez du mal à respirer. Vous êtes sur le point de vivre un événement palpitant ? Vivre des sensations fortes ?

Votre respiration s’adapte suivant vos émotions, vos besoins et votre environnement. L’effort pendant le sport en est un parfait exemple.

Cette respiration est à la base de votre vie. Elle est à la base de toute vie. Tout organisme vivant respire.

D’un point de vue purement scientifique, la respiration est un processus physiologique permettant d’approvisionner l’organisme en oxygène. Et de le libérer du dioxyde de carbone.

L’inspiration et l’expiration sont contrôlées par le système nerveux autonome (c’est donc une fonction inconsciente) et s’adaptent aux besoins de l’organisme, suivant son effort. C’est pourquoi on n’y fait même pas attention.

Pourtant, elle est indispensable à votre existence. Elle accompagne tous nos états d’âmes, qu’ils soient négatifs ou positifs.

tranquillité

Ce n’est pas pour rien que la respiration est la capacité physiologique fondatrice de la plupart des techniques méditatives, du yoga, de la relaxation…

Eh oui ! Une respiration naturelle apporte détente, harmonie et bien-être. La sensation de bien-être a des répercussions sur l’ensemble de votre santé.

Les scientifiques de l’Université de Californie ont constaté que la manière dont on respire a un impact non négligeable sur notre santé physique et psychologique.

Prendre conscience de sa respiration

Le fait que la respiration soit un processus inconscient, en prendre conscience sur le moment requiert de la concentration.

Cette prise de conscience a un effet ultra bénéfique. Elle vous ramène à vous, en occultant toutes pensées, par l’effort de concentration.

Accorder de l’attention à sa respiration, c’est être en présence du présent. C’est s’accorder une pause et être à l’écoute de son corps.

Cela peut être un exercice court ou long. Tout dépend de vos facultés pour vous concentrer (il est toujours difficile au début de lâcher prise), mais aussi du contexte.

Peu importe la durée, seul l’effort compte pour se sentir bien

Un effort positif puisqu’il apporte bénéfice.

En respirant : « Je suis chez moi, je suis arrivé. Il n’y a qu’ici et maintenant. Bien solide, vraiment libre, je prends refuge en moi-même. » Un moine vietnamien.

Si vous n’avez pas souvent l’occasion d’apprécier votre respiration, vous allez être surpris de constater que cet effort de concentration va vous procurer de nouvelles sensations qui vous sont propres.

Et cela permet une chose : se réapproprier son corps sous un angle nouveau ! Afin de se sentir bien dans son corps… et dans sa tête.

En respirant : « Les sensations vont et viennent, comme des vagues sur la mer par grand vent. La respiration consciente ancre mon bateau à son port » Un moine vietnamien.

Une nouvelle respiration, un souffle sacré

Si vous respirez avec le haut du corps, ce qu’on appelle une respiration thoracique, alors il est logique que vous soyez sujet à de l’anxiété.

Cette respiration n’est PAS naturelle ! Sachez qu’il est possible de rééduquer sa respiration. C’est d’ailleurs ce que je vous recommande. Car c’est simple et accessible.

Tout nouveau-né arrive au monde en respirant avec l’abdomen. Un bébé vient au monde sans avoir été soumis à un environnement potentiellement agressif.

Progressivement en grandissant et vers l’âge adulte, soumis aux diverses pressions, cet individu adopte une respiration plus haute, une respiration thoracique.

Rapide, haletante (même sans effort physique), une respiration thoracique peut déclencher une violente attaque d’anxiété. Elle nous rend plus sensibles aux agressions et tentations extérieures. D’où une potentielle irritabilité.

Saviez-vous que vous n’utilisez que 30% de la capacité totale de vos poumons ! Pour moi, et peut-être pour vous, cela se traduit par une forme d’oppression constante au niveau de la poitrine.

Comment se réapproprier sa respiration?

Ma formation de sophrologie m’a permis de retrouver une respiration plus basse, plus abdominale. C’est la respiration diaphragmatique.

Cette respiration plus lente et plus profonde apporte calme, sérénité et se diffuse harmonieusement dans tout le corps.

Une respiration lente et profonde fait jouer le diaphragme qui fait sortir et rentrer l’abdomen avec le va-et-vient du souffle jusqu’au fond des poumons. La tension du corps se relâche un peu plus à chaque expiration.

bien-être relaxation

se détendre

Une respiration lente et profonde est un moyen d’accès vers votre intérieur

Vous avez deux ou trois minutes devant vous ? C’est idéal pour commencer !

Prenez une posture assise de confort : le dos droit, les muscles qui ne sont pas nécessaire au maintien de la position sont relâchés. Les pieds sont bien ancrés au sol.

Placez une main, à plat, au niveau de l’ombilic (le nombril).

Commencez à vous concentrer exclusivement sur le mouvement de votre respiration. L’important, sans se forcer, est de voir votre main monter et descendre au gré de votre respiration abdominale.

Puis respirez de plus en plus profondément :

Inspirez par le nez en comptant jusqu’à 8 et expirez en comptant jusqu’à 16. Le but est d’utiliser la capacité totale de vos poumons. Répétez l’exercice 5 fois.

Enfin maintenant relax, détendu, profitez quelques instants.

Vous pouvez répéter l’exercice chaque jour, le matin de préférence, ou pendant des moments anxiogènes, pendant les transports (adaptez votre posture et vos temps d’inspiration et d’expiration en fonction du contexte et de vos capacités).